Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Elisa

giolucche1.jpg

photo de Giolucche

 

Il y a la grande bleue qui étale ses bras paresseux

Il y a un magnifique bleu azur remarquable sans détour dans le ciel, mêlé au sobre et discret bleu de l'océan.
Il y a de somptueuses villas abandonnées dans les arbres, toutes aussi belles les unes que les autres comme le chant d'un oiseau à l'aube.
Il y a le sombre blanc de l'écume semblable au clair blanc des nuages.

Il y a la mer gonflée par les vents marins venant rafraîchir la blonde chevelure du continent.
Il y a les infinies lignes horizontales miroir de la mer puis il y a les maisons et leurs lignes verticales.
Il y a un jour les vagues qui s'en vont ensemble parcourir leur vifs chemin sur le sable.
Il y aura une fois certaines vagues que se briseront sur les rochers alors que les autres s'en iront vers d'autres horizons sans pitié.
Il y a le calme du paradis, la sérénité de la mer.
Il y a la violence de la guerre, la solitude de l'air.

 

Poème en prose réalisé à partir d'une photo de Giolucche, adressé via Twitter par Elisa_ivoix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article