Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Margaux. S

"Pour la première fois depuis bien longtemps j'ai pensé à maman. Il m'a semblé que je comprenais pourquoi à la fin d'une vie elle avait pris un "fiancé", pourquoi elle avait joué à recommencer. Là-bas, là-bas aussi, autour de cet asile où des vies s'éteignaient, le soir était comme une trêve mélancolique. Si près de la mort, maman devait s'y sentir libérée et prête à tout revivre. Personne, personne n'avait le droit de pleurer sur elle. Et moi aussi je me suis senti prêt à tout revivre."

 

 

Ce passage m'a énormément touchée car il dégage beaucoup d'émotion. Ici, "l'étranger" nous fait partager de nombreux sentiments, lui qui est sensé ne pas en avoir... 

Tout d'abord de l'amour, celui qu'il a pour sa mère. Le mot "maman" est un terme affectif et ses paroles sont fluides et légères, elles dégagent cet amour unique que l'on a pour celle qui nous a mis au monde. D'ailleurs, Mr Meursault ne mentionne à aucun moment qu'il ne l'aimait pas.  Ensuite, du respect. Pour lui, pleurer devant elle aurait presque été une trahison. Elle avait décidé de tout recommencer, il fallait être heureux pour elle... Dans ce sens, pleurer aurait été déplacé. 

Enfin, un mélange de peur et de courage, un élan de vie... Ce sont les paroles d'un homme conscient qu'il ne lui reste que peu de temps, qui essaye par tous les moyens de croquer les derniers instants de sa vie, de vaincre la peur pour profiter jusqu'à son dernier souffle.

 

"L'étranger" a en réalité pleins de sentiments et de coeur, mais il est homme incompris...

Commenter cet article

MLB 19/05/2011 18:20



D'une grande sensibilité et d'une grande justesse.