Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Pauline

Ma bohème

 

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;

Mon patelot aussi devenait idéal;

J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ;

Oh! là là ! que d'amours splendides j'ai révées !

 

Mon unique culotte avait un large trou.

_Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course

Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse .

_Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

 

Et je les écoutais, assis au bord des routes,

Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes

De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

 

La douceur de l'instant, n'avait d'égal que ta grandeur,

Je vivais égal au vent, à la marée et aux cieux

Le temps n'apparaissait plus dans mes yeux

Ces mélodie du silence, magique

 

Où rimant au milieu des ombres fantastiques,

Comme des lyres , je tirais les élastiques

De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 12/01/2012 18:47


Oui, avec un très joli sens des antithèses et des paradoxes !

Margaux 10/01/2012 16:30


Très très beau ;)