Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Louise

 

Monsieur Orgon, entrant dans la pièce. Ah ! vous êtes ici ! Je vous cherchais. (S'arrêtant au milieu de la pièce.) Qu'y a-t'il ?


Silvia, en soupirant. Je ne sais, là est le problème.


Monsieur Orgon, froncant les sourcils. Comment cela ? (S'approchant.) Je vois à votre expression que quelque chose vous chagrine, ma fille. Dorante ne vous convient-il pas ?


Silvia. Ah, s'il ne me convient pas ! Vous avez raison, absolument pas. Je ne peux même le regarder.


Monsieur Orgon, en chuchotant. Et Bourguignon ?


Silvia, méfiante. Quoi, Bourguignon ?


Monsieur Orgon. Eh bien, il me semble que jusqu'ici, vous avez été plus souvent en compagnie de celui-ci que de son maître...


Silvia, après un silence. Eh bien, c'est tout à fait normal, mon père, puisqu'il est valet et que je suis de son rang aujourd'hui.


Monsieur Orgon. Je sens que vous me cachez quelque chose. Dites-le moi, je ne saurais vous juger. (En souriant.) Avez-vous de l'inclination pour ce cher Bourguignon ?


Silvia. Mon père, vous savez comme moi que je m'interdis d'aimer qui que ce soit.

Monsieur Orgon, en hochant la tête. C'est d'ailleurs un trait de votre caractère que je n'ai jamais compris.


Silvia. Il n'y a aucune raison à cela, ou peut-être la peur.


Monsieur Orgon. Mais vous n'êtes plus une enfant. Vous ne passerez pas votre vie seule !

Silvia, d'un ton brusque. Et si tel était mon choix ?


Monsieur Orgon, s'asseyant à côté de Silvia. Le choix ne vous appartient pas.


Silvia, agacée. Que voulez-vous dire ? Vous m'avez toujours affirmé que vous ne me marieriez pas avec le premier venu, dans la mesure où nous sommes assez riches pour nous éviter une union sans sentiments !


Monsieur Orgon. Et je vous le dis encore, mais, il est vrai que le choix ne vous appartient pas.


Silvia. A qui appartient-il alors ?


Monsieur Orgon. A votre coeur, ma fille. (Silvia lève les yeux au ciel.) Oh, ne vous emportez pas, je sais ce que vous allez me dire, mais s'il est quelque chose qui n'écoutera pas vos caprices, c'est votre coeur. 


Silvia, en souriant légèrement. Vous vous fourvoyez, puisque je compte bien lui faire entendre raison.


, en riant. Raison ! Nous ne parlons pas d'un être capable de compréhension. Si vous pensez pouvoir lutter contre vous-même, faites comme bon vous semble. Je dois vous laisser à présent.


                  http://www.memoire.celestins-lyon.org/var/cache/texttoimage/imageobject/4/2/2/422bd39e10f48a00800042c13bc5e0dc/Le_Jeu_de_l_amour_et_du_hasard_PHO_003.png

                                                                            Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Louise 24/03/2012 13:03


Merci :) J'ai oublié, à la dernière réplique, c'est Monsieur Orgon qui parle ! Euh je n'ai pas le livre sur moi, mais si je me souviens bien, après le monologue de Silvia donc à la scène 8 de
l'Acte 2.


Leïla, de quoi tu parles ^^ ?

Julien 23/03/2012 16:05


Vraiment bien !! Où l'aurais-tu mis dans la pièce, ce fragment perdu ?

Leïla 22/03/2012 18:29


Très bon choix Loulou ! Je te vois bien dans le rôle de Monsieur Orgon ahah (a)