Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Fanny

 

 

AUTEUR : Charles Pennequin

 

TITRE : Moins ça va, plus ça vient

 

EDITION : Dernier télégramme

 

ANNEE : 2008

 

 

THEMES PRINCIPAUX : Pas de thèmes principaux, chaque chose est différente. Ce recueil possède des poèmes très variés. Ce qui en fait sa richesse.

 

 

 

 

PARTICULARITES FORMELLES : Tout d'abord sur l'aspect physique de la couverture, le recueil est simple, avec une illustration (là est la particularité) faites par Charles Pennequin lui même. Ensuite sur l'aspect typographique, on observe encore ici, quelque chose de très varié, avec des passages en italique, des espaces plus ou moins longs entre les phrases ou les vers... des tailles de police différentes voire même une police différente tout simplement. De plus, les poèmes sont disposés en quelque sorte comme des calligrammes. Pour finir sur le contenu, les poèmes sont variés, avec des thèmes très différents voire très opposés. Il y a un niveau de langue familier, ce qui nous rapproche de l'auteur.

 

JUGEMENT CRITIQUE : Ce recueil me paraît intéressant pour i-voix 2010/2011. En effet, ce recueil varie dans tout : les thèmes, la disposition, la police, le genre ... De plus il est originale par ses thèmes et surtout son niveau de langue familier que moi j'adore. Je trouve que le fait qu'un auteur d'un moins quarante ans (d'après ce qu'on m'a dit) qui utilise un niveau de langue d'une autre génération produit un effet comique. Je trouve que C. Pennequin met le lecteur à l'aise et on pourrait presque s'identifier à lui, en tout cas moi je m'identifie dans certaines de ses phrases comme " Et moi je fous rien. " ; " je-hais-le-quotidien-faire-la-vaisselle-ne-pas-penser-être-dans-les-choses-pleinement-dans-la-discussion ..." . Par dessus tout, j'adore son style ! Je ne saurai dire exactement pourquoi ... Peut-être parce que je pense pareil, que sa musicalité me parle et que notre style (si j'en ai un) se rapproche ou se rapprocherait du sien.

 

__________________________________________________________________________________

 

ARTICLES ESSAI :

 

 

 

 

Observation - Charles Pennequin :

 

" comme si ça nous travaillait du chapeau " .

 

Il s'agit d'une très jolie métonymie. Pennequin a remplacé le mot " tête "  par  " chapeau ".

 

 

 

 

 

Centon - Charles Pennequin :

 

Un pet dans mon anus

Veillez patienter dans le cabinet

Très longtemps depuis des lustres peut-être déjà

Il ne veut pas sortir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article