Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Léa

 

DSC02012Source: Les 1L braquent une librairie brestoise

 

Le recueil Zone de Turbulences écrit par Abdellatif Laâbi est publié aux éditions de La Différence depuis novembre 2011.

 

Ce recueil me semble intéressant pour la sélection i-voix 2013-2014 pour plusieurs raisons.

Je trouve que l'œuvre est particulièrement riche par ses thèmes pertinents, sa versification diverse ou encore grâce à l'énonciation qui n'est pas identique du début à la fin.

 

L'œuvre évoque la société, le monde, la vie de manière précise. De situations précises. Questionnements, sensations, impressions, sentiments, émotions, notions, valeurs, vices, principes. Des sujets personnels mais universels, propres à chaque être humain, y sont représentés. Les thèmes, par rapport à d'autres recueils peuvent paraître simples, habituels car ils sont très « humains » toutefois ils sont renouvelés grâce à la puissance d'écriture d'Abdellatif Laâbi. Ils semblent beaucoup plus accessibles, plus authentiques. La voix du poète retrace peut-être quelques histoires qu'il a vécu, quelques uns de ses souvenirs qui nous sont livrés avec une certaine douceur où y baigne un sentiment de révolte. L'individuel se mêle au collectif. Comme un spectateur de ce monde en déclin, de cette humanité perdue, le poète étudie quelques mystères de la société, et du cœur humain.

 

La plume de l'auteur est très sensible et l'œuvre dégage une force presque violente mais au final très touchante. Le lecteur se retrouve parfois embarqué par les réflexions poétiques de l'auteur qui se dévoile à certains moments par quelques marques de la première personne. Donc, les poèmes sont, parfois, écrits à la première personne du singulier ou alors le poète semble plus effacé. Les textes n'ont pas tous la même forme, certains poèmes s'étalent sur une ou plusieurs pages, et les phrases ressemblent à des vers libres tandis que d'autres plus entassés, sont organisés en paragraphes. Les blancs, les bouts de pages sans encre, peuvent symboliser les silences, les mots qui ne seront pas dits, les paroles envolées. Cela nous montre que la poésie contemporaine peut être très diverse par sa forme, et son énonciation. La ponctuation peut être très présence tout comme elle peut être presque inexistante.

 

Beaucoup de ces textes, magnifiques poétiquement nous offrent des pistes de réflexion sur le monde actuel. Sur l'avenir. Par son audace, par ses sujets, que personne n'oserait employer de cette manière, il me paraît vraiment très original.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article