Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marine

  Bandeau Gargantua Magazine

 

 Fait divers

 

    Les cloches de Notre-Dame dérobées par un géant !!

 

 

Aujourd'hui l’église de Notre-Dame a été visitée par un voleur d'un genre particulier. L’indélicate personne serait d'après nos informations un géant tout juste installé à Paris. Après avoir inondé Paris de son urine, fait retentir les cloches harmonieusement, il lui est venu l'idée qu'elles serviraient bien de clochettes au cou de sa jument. Sans gêne il se les est appropriées et est parti avec. Maître Janotus de Bragmardo a eu pour mission de se rendre chez le géant afin d'élucider l'affaire. Nous l'avons interviewé ainsi que le géant.

 

interview du sophiste Maître Janotus de Bragmardo.

 

Journaliste : Bonjour Maître Janotus de Bragmardo, tout d'abord merci de nous accorder un peu  de votre temps. Vous avez été désigné pour aller récupérer les cloches de Notre-Dame, quelle a été votre réaction?

 

Maître Janotus de Bragmardo : J'ai été flatté que l'on me confie cette affaire un petit peu difficile et dangereuse, nous ne sommes jamais à l'abri d'une mauvaise surprise. Je peux le dire car je sais l'identité du voleur c'est un géant qui se nomme Gargantua.

 

J : Vous nous dites que cette mission était en apparence périlleuse car vous saviez l'identité du voleur et que celui-ci était en fait un géant. Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez procédé afin de convaincre celui-ci de vous rendre ces fameuses cloches ?

 

M.J.B : Vous pouvez imaginer qu'en apprenant le nom du malfrat je savais à qui j'avais affaire. Une idée m'est venue, j'ai décidé d'amener avec moi de la nourriture car il n'y a rien de tel pour un géant que de la bonne nourriture et pour cela j'ai amener 3 bœufs.

 

J : Maintenant que nous savons comment vous vous y êtes pris pour convaincre le géant, pourriez-vous nous expliquer comment cette visite s'est déroulée au logis de Gargantua ?

 

M.J.B : Quand je suis arrivé, je fus reçu par le maître de Gargantua, Ponocrates. Une fois celui-ci mis au courant de la raison de notre venue, il partit a toute vitesse à la rencontre de Gargantua. Celui-ci prit à part tous ses hommes de main : son précepteur, Gymnaste, son écuyer, son maître d’hôtel etc et il fut convenu qu'on nous amène au petit coin du gobelet afin de nous faire boire. Vous pensez bien moi qui suit immunisé à l'eau bénite de cave je ne pouvais refuser. Mais sur le coup il est vrai que nous n'avons pas réalisé le stratagème donc nous nous sommes laissés entraîner.

 

J : Et après quand vous êtes revenu à vous, vous lui avez soumis votre harangue c'est cela ?

 

M.J.B : oui c'est cela même. Je leur ai expliqué le pourquoi de ma venue même s'ils étaient déjà bien au courant et je leur ai expliqué que ces cloches occupaient une place très importante pour la ville, que sans elles les habitants ne pouvaient pas travailler correctement car c'est grâce à elles qu'ils se repéraient dans la journée. Pour finir de les convaincre je leur ai proposé un recueil des Sermons d'Udine.

 

J : Dernière question. Avez-vous réussi à récupérer les cloches ?

 

M.J.B : Alors oui, les cloches ont été récupérées et remise en place.

 

J : Merci Maître d'avoir pris de votre temps pour pouvoir nous répondre.

 

Interview de Gargantua :

 

Bonjour Gargantua. Merci d'avoir accepté de répondre à nos questions.

 

Journaliste : Pour commencer comment êtes vous arrivé à Paris, dans quelles circonstances ?

 

Garganuta : C'est mon père Grandgousier qui a décider que j'aille faire mes études à Paris accompagné de mon précepteur Ponocrates.

 

J : Est-ce que vous pourriez nous expliquer votre geste ?

 

G: Tout à fait. En fait tout s'est passé très vite nous étions mes amis et moi en balade dans Paris, nous sommes arrivés devant l'église de Notre-Dame et j'ai fait sonner les cloches bien harmonieusement, ce son m'a paru si joli à l'oreille qu' il m'est venu à l'idée qu'elles seraient à leur place au cou de ma jument.

 

J : Qu'aviez-vous envie de faire avec cette jument car vous étiez condamné à rester sur Paris, vous ne pouviez en aucun cas voyager ou repartir chez vous, qu'aviez-vous en tête?

 

G : En fait je voulais envoyer ma jument chargée de hareng frais et de fromage de Brie chez mon père pour le remercier et aussi pour lui faire plaisir.

 

J : Finalement la venue du Maître Janotus De Bragmardo fût décisive et vous avez été contraint de rendre les cloches comment cela s'est-il passé ? Avez vous été réticent a l'idée de les rendre, quelle a été votre réaction ?

 

G : Je peux vous le dire maintenant, en fait il été prévu avec mes amis que nous faisions boire le Maître Janotus de Bragmardo et pendant que celui-ci chopinait, nous avons remis les cloches au prévôt de la ville accompagné du recteur de la faculté et du vicaire de l'église. Le but étant de remettre en place les cloches sans l’intervention de ce sophiste. Il aurait été trop fier. Il faut dire que j'étais fier de mon entourloupe.

 

J : Merci d'avoir répondu à nos questions, grâce à vos réponses la situation nous est plus claire.

 

 

Marine pour le Petit Journal de Paris.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article