Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jeanne

 

http://www.sortiraparis.net/images/400/1461/68076-les-liaisons-dangereuses-by-choderlos-de-laclos-2.jpg

Les Liaisons dangereuses

 

 

'' Ne vous appuyez point sur un roseau qu'agite le vent et n'y mettez pas votre confiance, car toute chair est comme l'herbe et sa gloire passe comme la fleur des champs.''

 

 

Violante ou La Mondanité, issu du volume Les Plaisirs et les Jours,

de Marcel Proust.

 

 

À la lecture de cette phrase, j'ai immédiatement trouvé qu'elle était en accord avec le roman de Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses, et qu'elle avait sa place en tant qu'épigraphe. En effet, ces mots me sont apparus comme une recommandation, comme un avisement quant aux dangers des liaisons. Le '' roseau " dont il est question dans la phrase ci-dessus pourrait correspondre non pas à un, mais deux roseaux, qui ne seraient autre que le Vicomte de Valmont et Mme de Merteuil. De ce fait, il nous serait recommander de n'accorder notre confiance à aucun d'entre eux, d'où le " ne vous appuyez point " . Par ailleurs, le " vent " pourrait caractériser le tourbillon des soirées mondaines et tout ce qu'il entraine dans ses divertissements. Enfin, le lecteur est prévenu que même si gloire et reconnaissance il y a, rien de tout cela ne dure éternellement : " car toute chair est comme l'herbe et sa gloire passe comme la fleur des champs ". Cela renverrait évidemment à la place dans la société, si importante alors, qu'occupe, entre autre, Mme de Merteuil à la fin du roman : celle d'une femme démasquée et déshonorée à jamais.

 

 

Commenter cet article

Jeanne 02/04/2013 13:21


Merci !

Aude 01/04/2013 15:13


j'aime beaucoup !