Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Evane

 

Tous des sauvages ?

 

1761 :  Voltaire publie les Entretiens d'un sauvage et d'un bachelier.

 

2013 : Les lycéens d'i-voix en proposent une nouvelle version

où les deux contradicteurs débattent du bien-fondé de l'exclamation "Tous des sauvages !"


 Entretiens Sauvage Bachelier

 

Dessin de la couverture : Bébé Voltaire par Megan i-voix

 

(...)

 

LE BACHELIER


Mais ne croyez surtout pas que je suis raciste. Les vrais sauvages, ceux qui vivent loin, ils ne sont pas pareils, même mentalement ! Ils sont naïfs, ignorants, stupides. Ils se percent le visage ! Ils vivent dans des huttes ! Les uns font des sacrifices, d’autres portent des amulettes. Ils parlent un dialecte que personne de comprend, sauf eux. Bref, des sauvages !


La bibliothécaire d’origine africaine passa une main sous son écharpe et en ressortit un petit collier de coquillages et de brins de raphia, orné d’une perle sculptée.


LA BIBLIOTHECAIRE


Porter ce collier fait-il de moi quelqu’un de mentalement différent ? Moi aussi je vis dans une maison, j’utilise la technologie, je suis profondément imprégnée par la culture occidentale, mais je reste tout autant attachée à mon pays natal et ma tribu d’origine. Je parle une langue rare, mais je considère cela comme un avantage.


LE BACHELIER


Peut-être, mais ce n’est pas pour cela que vous aller chasser avec une lance pour vous nourrir. (Pointant du dogit la reproduction d’un petit masque de bois foncé posé sur le bureau) Vous ne passez pas non plus vos soirées à danser avec ce truc-là sur la tête en frappant votre tam-tam, je suppose.


LA BIBLIOTHECAIRE


Ce masque a une très grande valeur. On lui prête des pouvoirs liés à la religion animiste de ma tribu Dogon, au Mali.


LE BACHELIER


(Plissant les yeux) Alors comme ça, vous pratiquez la sorcellerie et le vaudou ? Je trouvais aussi qu’il y avait moins de chats dans le quartier !


LA BIBLIOTHECAIRE


Tu transpires le mépris de l’autre. On pourrait dire que tu manques de culture et d’éducation, comme les « sauvages ». Mais cela n’excuse pas tout. Rassure-toi, les rites animistes que je pratique n’exigent ni sacrifice ni souffrance. Mais toi, toi et tous ceux qui se sentent supérieurs, qui se croient libres, n’êtes-vous pas asservis à d’autres sortes d’esprits ? Les médias et l’argent ne régissent-ils pas vos vies ? Alors, je te le demande : qui est le sorcier dans tout cela ?


(…)


La colonisation, cela te dit quelque chose ? Ces monstres qui ont mis le feu à des villages, qui ont réduit à l’état d’esclaves des milliers d’hommes, qui les ont ensuite étudiés sous toutes les coutures : il existait même un nuancier de couleurs de peaux. On les a même exposés dans des zoos humains !


LE BACHELIER


Je n’en avais jamais entendu parler !


LA BIBLIOTHECAIRE


On leur donnait des noms méprisants, dédaigneux, humiliants : les Dogons étaient appelés « païens » alors qu’eux-mêmes se nommaient simplement « les gens ».


(…)


Bien souvent, l’ignorance, la méconnaissance, l’incompréhension, l’intolérance gangrènent l’esprit de l’Homme. Si tu veux, je te dédicacerai le livre d’ethnologie que je suis en train d’écrire.

 

LE BACHELIER


(Souriant) Ce serait avec grand plaisir, madame.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article