Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Morgane


Oyez, oyez! Laissez-moi aujourd'hui vous faire l'éloge d'une femme, une femme que jamais personne n'égalera. Jugée parfois machiavélique, manipulatrice et même vicieuse, c'est aujourd'hui que je dresse un portrait de la belle Marquise de Merteuil. Cette femme c'est le génie incarné. Qui, un jour, ne voudrait pas manipuler de cette manière une telle masse de personne? Se faire la confidente puis la pire des traîtresses! La marquise de Merteuil a toujours été une figure emblématique de la littérature française, et le fait d'avoir enfin lu ce livre m'a permis de réaliser la complexité du personnage. On peut en effet parler d'un véritable symbole. Pour moi, c'est tout bonnement le personnage le plus intelligent et le plus important du roman, même si Valmont n'est pas loin derrière. La marquise  est à mettre sur un piédestal, dès les premières lettres sa stratégie se met en place (celle où le Vicomte doit abuser de la jeune Cécile, pour satisfaire Merteuil), mais alors que le livre avance, elle imagine de nouveaux plans, a sans cesse de nouvelles idées.

 

A travers cet éloge, je voudrais également féliciter Laclos, pour avoir imaginer un personnage si complexe et complet. Je me demande comment il a pu seulement écrire ces lettres, lui seul, alors que chacun des personnages a une personnalité tellement différente de toutes les autres!


Chez la marquise tout est calcul. Dans la lettre LXXXI, elle raconte son enfance, ses expériences, pourquoi a-t-elle voulu en arriver là. Certains la verront comme un monstre de manipulation, mais j'ai plutôt trouvé ses révélations touchantes, elle n'a jamais été réellement innocente, et n'a pas pu profiter d'une enfance sereine.


Du début à la fin, elle aura été parfaite, du moins dans ses agissements qui étaient volontaires. Si après sa dispute avec Valmont, celui-ci n'avait pas divulgué ses lettres, elle aurait pu continuer à jouir de son génie machiavélique en toute tranquillité. Ce n'est pas de sa faute, ce n'est pas de sa faute si son complice de toujours l'a trahi, la marquise n'a rien à se reprocher de se côté, après tout, elle n'y ai pour rien dans sa descente aux enfers. Peut-être, enfin... C'est une certitude que son destin tragique est une mise en garde...

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article