Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Camille

 

Dans le poème de la page 24, on remarque qu'il y a une évocation de la marque Banania dans le passage : "Plastiquer ma légendaire gueule niaise de y'a bon banania jamais sérieux."

 

Banania est une marque française née le 31 août 1914, quelques semaines après le début de la Première Guerre mondiale par Pierre Lardet. Cette marque déposée était à la base une poudre composée de chocolat, de farine, de banane et de céréales qui a aussitôt été vendue comme une boisson énergisante idéale pour le petit déjeuner des enfants ainsi que pour les soldats du front à qui Lardet fait expédier plusieurs wagons de sa boisson chocolatée. Banane et chocolat : Banania repose sur l’addition de deux produits typiques de l’outre-mer et des colonies françaises. Le premier symbole de la marque, d’ailleurs, n’est pas encore le tirailleur sénégalais mais une femme des Antilles.« Y’a bon Banania » : est une célèbre expression d'une phrase typique de ce qu’on appelle le petit-nègre, parlant encore difficilement le français. 


 On peut donc voir ici que le personnage véhicule des clichés stéréotypés et que dès leur plus jeune âge, les enfants s’habituent à voir ce stéréotype parfait sur la table du petit déjeuner... Le noir est montré comme un grand enfant peu éduqué, associé aux produits réservés à cette classe d'âge et renforcé par la mauvaise maîtrise d'un français qui est imparfait, grossier et simplifié. Enfin, le noir représenté est confiant et même un peu niais comme le démontre très bien Raharimanana qui se compare un peu à ce noir dans cette phrase. 

 

Sources

 

                http://idata.over-blog.com/0/40/66/71/terminale/banania-00-1920.jpg                    http://www.prodimarques.com/documents/gratuit/67/img/banania1.jpg

                                     Source image                                                                        Source image 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article