Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Méghane

                                                              

source

 Philippe Longchamp

Philippe Longchamp, né à Boulogne-Billancourt en 1939, a fait d’abord des études scientifiques et un diplôme d’ingénieur en électronique, puis, durant les années où il a travaillé en électronicien au Service de le Recherche de l’ORTF dirigé à l’époque par Pierre Schaeffer, il a fait des études littéraires qui l’ont conduit à devenir professeur de lettres. Il a alors exercé avec bonheur ce second métier pendant trente et quelques années, commençant par hasard avec une nomination dans un lycée technique industriel d’Argenteuil, dans la banlieue de Paris, puis, à mi-parcours, changeant pour les classes techniques d’un lycée centré sur la préparation des carrières médico-sociales, à la Porte de Clignancourt.


Ce métier qu’il a trouvé passionnant et exigeant ne lui a pas laissé le temps qu’il aurait souhaité pour s’occuper de son travail d’écrivain, sinon pendant les mois d’août. Il a atteint par chance depuis quelques années l’âge de la retraite, et dispose librement de son temps pour la poésie, aussi bien pour ses écritures que pour répondre à des demandes variées d’interventions à propos de la poésie contemporaine, rencontres avec des élèves de tous âges (depuis la maternelle jusqu’aux étudiants), avec des groupes d’adultes de diverses origines assemblés pour telle ou telle occasion ou visée, pilotage d’ateliers d’écriture, lectures publiques, etc.

 

Philippe Longchamp ne sait pas quoi répondre à la question des «thèmes qu’il aborde». Il dirait plutôt qu’il a quelques pistes de travail, par exemple :
- s’attacher à montrer que la poésie n’est pas seulement dans la nature mais dans une quantité d’espaces des villes qui sont très loin de la nature, métros ou parkings ou « soupes populaires » ou foules citadines etc.


- s’occuper plus d’organiser le bruit que font les mots que de leur possibilité d’énoncer des idées
- prendre pour occasion d’écriture du concret quotidien (portraits d’inconnus croisés, description de lieux d’une ville découverte, etc.)
- mêler l’évocation d’éléments de son histoire personnelle avec d’autres de l’histoire collective
- tenter de montrer qu’une certaine utilisation du vers régulier compté et souvent rimé participe de la modernité.

 

source

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jeanne 19/11/2012 18:05


Anne-Gabrielle a déjà fait sa biographie...