Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Philippine

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

-> Naît le 4 février 1688 à Paris.

-> Dans une famille de petite noblesse.

-> Son père travaille dans l'administration de la marine.

 

 

 

Marivaux commence sa formation en étant

l'élève des Oratoriens.

 

En 1710,         -------------->                                 il s'inscrit à la Faculté de droit à Paris.

Mais en réalité, il s'intéresse peu à ses études et

préfère fréquenter le salon de Madame de Lambert et

celui de Madame de Tancin.

 

 

                    En 1712,        ------------->                                                         il publie son premier texte :

Le Père prudent et équitable,

ou Crispin l'heureux fourbe. Marivaux, afin d'essayer

 plusieurs genres,

écrit des romans parodiques, des poèmes,

des chroniques journalistiques.

 

 

 

 Il s'amuse également à reprendre

 les classiques pour mieux les détourner,

comme c'est le cas en 1716 avec L'Iliade Travestie.

 

♠On considère alors Marivaux comme le nouveau La Bruyère, car c'est un très bon moraliste.♠

 

En 1717 --------------->il épouse Colombe Boulogne, dont la dot

lui permet de vivre dans l'aisance.

 

 

Mais il est ruiné en -----> 1720-----> suite à la banqueroute de Law.

Son épouse meurt en 1723.

Il doit donc retravailler pour pouvoir vivre.

 

Il connaît un premier succès théâtral avec

 Arlequin poli par l'amour, en-------------> 1720.

 Impressionné par les Comédiens italiens,

et il travaille donc avec eux sur plusieurs pièces.

 

 

 

En 1721, Marivaux obtient sa licence en droit et est reçu avocat,

mais il n'exercera pas, en réalité, ce métier. Il lance alors un journal

appelé Le Spectateur françois, dont il est le seul rédacteur.

 

 

Marivaux va rapidement renouveler la comédie au théâtre, avec des pièces comme ses Surprises de l'amour, La Double inconstance. Il crée ce que l'on va appeler le marivaudage. Son théâtre reprend la devise de la comédie, « castigat ridendo mores ».

 

 

Par la suite

->il se tourne vers la comédie philosophique,

->pour laquelle il a recours à des cadres utopiques :

c'est l'époque de L'île des esclaves en 1725, ou encore de la Nouvelle Colonie en 1729.

 

Marivaux s'intéresse aussi à la réalité sociale de

son époque, et publie le fruit d'un travail de quinze ans

(1726-1741), La Vie de Marianne.

 

 

Dès 1733, Marivaux fréquente le salon de Claudine de Tencin.

 Elle devient son amie.

En 1742, grâce à elle, il est élu à l'Académie Française.

Ensuite, l'écrivain n'écrira plus que quelques pièces à destination

de la Comédie Française.

 

Il prononcera plusieurs discours à l'Académie : 
Réflexions sur le progrès de l'Esprit humain (1744), sur Corneille et Racine(1749), 
sur les Romains et les anciens Perses (1751).
 

 

Malade depuis 1758, il meurt d'une pleurésie

 le 12 février 1763.

 

 

 

link

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article