Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jeanne

 

http://1.bp.blogspot.com/-qGhc3urKZsU/T33GtDm5AXI/AAAAAAAANfA/0CWozTVHRLo/s320/IMGP7113%2B%2528Copier%2529%2B%25282%2529.JPGLa terre m'appelait...

 

 

Dans la très réussie et émouvante pièce que nous sommes allés voir au théâtre, intitulée '' L'éveil du printemps " , un élément du décor m'a particulièrement plu et touché.

En effet, dès les premières secondes de la pièce, alors que les jeunes écoliers arrivaient en sautillant joyeusement, une masse sombre et à première vue compacte, disposée sur le devant de la scène attira mon regard. Je n'ai tout d'abord pas réussi à définir ce que cela était, mais après un court moment il me parut évident que cela n'était autre que de la... terre ! " De la terre sur le devant de la scène, voilà qui est original ! " me suis-je dit. Cela m'a fasciné tout au long de la pièce car à chaque instant, les acteurs marchaient, sautaient, ou s'étendaient sur cette couche marron. Mais ce que j'ai trouvé de plus formidable est le fait que tous les personnages y marchaient les pieds nus. Je n'avais qu'une seule envie : enlever mes chaussures et y sauter les pieds joints. Cette idée là m'a rappelé les nombreuses fois où, sur le chemin de l'école, après une nuit pluvieuse, je sautais gaiement et insouciemment dans les flaques d'eau laissées par la pluie.

Cette pièce raconte, comme le disait le metteur en scène, Omar Porras : '' La difficulté de grandir, la tentation d'éterniser l'enfance "  et ce désir, presque irrépressible, que j'avais, assise sur mon fauteuil, de sauter les pieds nus dans cette terre qui me '' tendait les pieds " m'a fait ressentir ce désir d'éterniser l'enfance, l'envie de revenir à des choses simple et à une existence plus tranquille.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article