Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Héloïse

 

 

Mon poème préféré du recueil ET DESSOUS LE SANG BOUSCULE de Philippe Longchamp est celui du 14 août 2000, écrit à Kardamily qui se trouve à la page 38 : 

 

 

 

Chèvrefeuilles, bougainvillées, jasmins,

et hibiscus. Traversant les arbustes,

l'air d'opéra qui vient d'un balcon proche

est mis tout bas. Ciel bleu clair. Dans le soir,

les crêtes du Taïgète s'allègent,

sommets délicats, roses et sereins.

 


 

J'apprécie particulièrement ce poème car il dégage une sensation de pureté : la nature est décrite à sa juste valeur puisque le poète site seulement les noms de chaque arbuste ; il n'essaie pas de les embellir. Puis apparaît ensuite la musique : un air d'opéra qui surgit d'un balcon, comme un souffle léger qui passe entre les branches. Et enfin, le Soleil qui disparaît derrière les crêtes en les colorant... Je trouve que ce texte créé une atmosphère bien à elle. Il y a comme une progression dans le temps : le poème se termine après que le Soleil soit passé derrière les crêtes du Taïgète !

 

Héloïse

Commenter cet article