Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jeanne

 

24 août, vol Athènes - Paris

 

Trois petits quarts d'heure de vol, et Paris.

En bas, les Alpes, ce vaste miracle.

Quatre mille mètres plus bas, les hommes,

leurs épouvantes lues dans le journal

chaque matin. Je ne sais quel tirage

au sort me vaut toi dont je refleuris.

 

 

 

 

Ce poème est celui qui m'a fait ressentir le plus d'émotions. Non pas que je sois hermétique à la cause des sans abris, des immigrants ou insensible aux multiples expulsions des Tziganes évoquées dans le recueil. Non, loin de moi ces pensées.

 

Seulement, ce poème reflète pour moi l'état du bonheur, de l'insouciance, des illusions. Il exprime l'inexplicable enchantement dans lequel nous somme transportés lorsque nous sommes amoureux. Quelque soit le monde autour de cet homme, bon ou mauvais, le sien est enveloppé dans la confortable conviction de l'invincibilité : ses sentiments, son amour pour la femme qu'il retrouvera d'ici peu, prend le dessus sur toute forme d'événement extérieur.

 

Ici, à travers ce poème, on peut interpréter les choses de deux façons différentes. Le premier, d'un sens propre, est le fait qu'il se trouve dans un avion, pour un voyage entre les Hommes et l'étirement du ciel. Se trouvant dans cette parenthèse aérienne, déconnecté de la vie terrestre, il est vrai que rien ne peut l'atteindre, le temps du voyage tout du moins.

 

Le second, dans un sens figuré, est qu' il rêve, imagine ses retrouvailles avec la personne qu'il aime, la tête dans les nuages. Il est dans un tel tourbillon amoureux, que même la plus belle, la plus mauvaise des choses ne serait l'éloigner de ce qui importe le plus à sa vie : cette femme dont il est éperdument amoureux.

 

 

Dès lors, rien ne peu être plus beau, rien ne peut être plus fort.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jeanne 23/11/2012 09:21


Merci beaucoup :)) !

Léa 21/11/2012 15:01


Très, très bel article ! 

Nina 19/11/2012 18:27


J'aime beaucoup ta vision de ce poème.