Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par François

sous mon nom

l'histoire est épaisse de sang et de cris

de terreur qui raclent la gorge et

ma mémoire pue la crasse les mains

vides le souffle creusé par la fuite

et ma langue les canons l'ont ecrasée

n'est plus qu'une ruine une cendre

collée a des chairs saignées une

rumeur qui n'en finit pas de brûler

 

 

 

Ceci n'est qu'un extrait, et je ne sais pas s'il y a vraiment de limite entre les poèmes (les ruptures le sont?) mais ce passage en a vraiment l'air. Vanda exprime la noirceur qu'elle vit, cette rumeur qui n'en finit pas de brûlerdoit finir justement. Elle va mourir pour cela , l'être qu'elle est traine trop de souffrances et d'horreurs et risque de les répandre... sur Belette surtout,.Belette doit rester pure, donc Vanda se consumera.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article