Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Julien

Mon poème préféré du recueil Livre des peurs primaires est le fragment #27 parce que c'est pour moi le plus beau. Le temps semble y être arrêté, comme immortel, mais reprend son cours normal à la fin. La bulle éclate.

 

http://www.point-fort.com/images/Chapeaux/dans%20ma%20bulle.jpgSource

 

Mes yeux se ferment et le souffle coupé en gorge je m’étouffe. A l’intérieur mes rêves se calquent sur l’instant où l’oxygène n’affleure plus, les moutons de ma nuit au lait s’adaptent aux circonstances et chamboulent d’eux-mêmes le déroulement de la trame onirique. Je flotte en apesanteur mais perds mon casque, ma bulle, et le vide me tue. / Je traque l’ombre fuyante d’un suspect au coin d’une rue puis, non, chasse inversée, il me bloque par l’envers et m’étrangle en gants latex comme le Dexter qu’il pourrait être. / La voiture s’écrase contre un lac interminable, l’eau progressivement recouvre les deux faces de ma vitre. J’ai le vertige de l’hémisphère, tu sais, il aurait fallu que j’ouvre les paupières. Mais non, pas possible, je vais bien finir par me réveiller, ça n’arrivera jamais.

 

G. Vissac, Livre des peurs primaires (2010)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article