Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Gwalonn

Mon poème préféré de ce receuil est celui de la page 59 : 

 

Alors on prépare l'oubli    on laisse venir

On a le silence   pas occupé   pas vide

 

On découpe   l'autre travers du corps

On tend la corde

 

On oublie   au fond on n'oublie pas 

On imagine ouvrir   le pêle-mêle des mots

 

à retorde dans la langue 

Tout bascule   la sueur   la faim 

 

les relents   tout tourne trop loin

On ne sait plus ce que l'on respire.

 

Déjà, il faut se plonger dans le poème pour y trouver une signification, plusieurs interpretations sont envisageables. De plus, l'anaphore en "On" nous invite à nous noyer dedans, y être concerné & donne en plus un rythme très lent en liant cette figure de style au style très particulier d'Erwann Rougé avec ses coupures. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article