Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Léa D

 

Scène 5 
Arlequin, Lisette

 

Après le départ de Dorante, Arlequin s'approcha de Lisette et entreprit de lui avouer ce qu'il ressent pour elle

 

Arlequin.  Ah Madame, sans lui j'allais vous dire de belles choses, et je n'en trouverai plus que de communes à cette heure, hormis mon amour qui est extraordinaire. Mais à propos de mon amour, quand est-ce que le vôtre lui tiendra compagnie ?


Lisette, Etonnée que celui-ci se confie si promptement. Il faut espérer que cela viendra.


Arlequin. Et croyez-vous que cela vienne ? Dit -il tout d'un ton faussement calme


Lisette. La question est vive ; savez-vous bien que vous m'embrasserez ?


Arlequin. Que voulez-vous ? Je brûle, et je crie au feu.


Lisette. S'il m'était permis de m'expliquer si vite... Murmura Lisette génée


Arlequin. Je suis du sentiment que vous le pouvez en conscience.


Lisette, Commençant à perdre patience . La retenue de mon sexe ne le veut pas.


Arlequin. Ce n'est donc pas la retenue d'à présent qui donne bien d'autres permissions.


Lisette. Mais que me demandez-vous ?


Arlequin. Dites-moi un petit brin que vous m'aimez ; tenez, je vous aime, moi, faites l'écho, répétez, Princesse. Lança-t'il sur un ton amusé


Lisette. Quel insatiable ! Eh bien, Monsieur, je vous aime. Avoua-t'elle finalement 


Arlequin.Lui prennant la main. Eh bien, Madame, je me meurs ; mon bonheur me confond, j'ai peur d'en courir les champs . Vous m'aimez, cela est admirable !


Lisette, ne croyant pas à tant de belles paroles la concernant. J'aurais lieu à mon tour d'être étonnée de la promptitude de votre hommage : peut-être m'aimerez-vous moins quand nous nous connaîtrons mieux.

 

[...]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article