Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marie

Acte III

 

Scène I

Dorante, Arlequin

 

Dorante entrant d’un pas franc, furieux, sur scène suivi par Arlequin le suppliant :

Arlequin. Hélas, Monsieur, mon très honoré maître, je vous en conjure.

Dorante se retournant brusquement. Encore ?

Arlequin tombant à genoux, les mains jointes.Ayez compassion de ma bonne aventure, ne portez point guignon à mon bonheur qui va son train si rondement, ne lui fermez point le passage.

Dorante reprenant sa marche. Allons donc, misérable, je crois que tu te moques de moi ! Tu mériterais cent coups de bâton.

Arlequinrejoignant Dorante à l’autre bout de la scène toujours à genoux. Je ne les refuse point, si je les mérite ; mais quand je les aurais reçus, permettez-moi d’en mériter d’autres : voulez-vous que j’aille chercher le bâton ?

Dorante. Maraud !

Arlequin se relève. Maraud, soit, mais cela n’est point contraire à faire fortune.

Dorante marche vers le centre de la scène, s’adressant au public. Ce coquin ! Quelle imagination il lui prend !

Arlequindans son coin. Coquin est encore bon, il me convient aussi ; maraud n’est point déshonoré d’être appelé coquin ; mais un coquin peu faire un bon mariage.

Dorante se retourne vers Arlequin, menaçant. Comment, insolent, tu veux que je laisse un honnête homme dans l’erreur, et que je souffre que tu épouses sa fille sous mon nom ? Ecoute, si tu me parles encore de cette impertinence-là, dès que j’aurai averti Monsieur Orgon de ce que tu es, je te chasse, entends-tu ?

Arlequin rejoignant Dorante au milieu de la scène d’un air flânant. Accommodons-nous : cette demoiselle m’adore, elle m’idolâtre ; si je lui dis mon état de valet, et que, nonobstant, son tendre cœur soit toujours friand de la noce avec moi, ne laisserez-vous pas jouer les violons ?

Dorante. Dès qu’on te connaîtra, je ne m’en embarrasse plus.

Arlequin se dirigeant vers les coulisses d’un pas joyeux. Bon ! Je vais de ce pas prévenir cette généreuse personne sur mon habit de caractère, j’espère que ce ne sera pas un galon de couleur qui nous brouillera ensemble, (des coulisses) et que mon amour me fera passer à la table en dépit du sort qui ne m’a mis qu’au buffet.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article