Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jeanne

 

 

valerio2.jpg

 

Photographie de Valério

 

 

   Au premier plan de cette photo, se profile un massif montagneux, dont peu de sommets se profilent disctinctement, et qui sera vraisemblablement plongé dans l'obscurité dans peu de temps. Dans cette vue d'ensemble, le soleil aimante le regard. En effet, en second plan, le soleil décline lentement, transperçant de ses rayons aiguisés, brûlants et sans fin, le relief de ces montagnes. Derrière l'astre refroidissant, un ciel légèrement rosé contient quelques plaies blanches, d'une clarté déconcertante. Le contraste entre la lumière du soleil et l'ombre inquiétante des montagnes est saisissant. L'image est comme édentée en deux parties : d'un côté la vie, avec l'insolence rondeur du soleil, et de l'autre la mort, avec les montagnes obscures et triangulaires.

 

   Cette photographie m'a profondément troublé. Le déclin quotidien de cette astre chaud représente pour moi la continuité de la vie, sans que chaque jour ne se ressemble. Il représente la fin d'une journée, la fin de joies, de rires, de larmes, de peines éprouvées. Il représente tout ceci, mais aussi et surtout : la nostalgie. Nostalgie d'un souvenir, d'un moment heureux passé avec quelqu'un que l'on aime. Les couleurs chatoyantes viennent chatouiller mon cœur et dépoussièrent cet organe fermé depuis trop longtemps, fermé depuis ce soir d'hiver pourtant si loin et si proche à la fois. Ce coucher du soleil représente le retrait, l'au revoir aboutissant parfois à l'adieu. Les montagnes sont déjà touchées par ce retrait alors que le ciel, si rose, si pur, semble inconscient du danger imminent auquel il devra faire face : le noir. Le noir, si caractéristique du froid, de la solitude. Les espoirs, les croyances, les rêves, et l'amour s'en iront avec le soleil.  

Imperceptible déclin que l'on aimerait percevoir.

 


Commenter cet article