Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jeanne

Zoo Magazine

 

 

Critique du livre

vercors-zoo-ou-lassassin2

source

 

Ce livre est de genre Classique et contemporains. En haut de la moitié de la couverture, nous pouvons y voir un tropis avec ses grands yeux et grandes oreilles qui le caractérisent. L’auteur de Zoo ou l’assassin philanthrope est Vercors. C’est son pseudo littéraire adapté pendant la Résistance, durant la seconde Guerre Mondiale, par l’illustrateur et écrivain Jean Bruller. Il est né à Paris le 26 février 1902 et mort le 10 juin 1991 à Paris. Le livre est une pièce de théâtre écrite et publiée en 1964. Il s’agit d’une adaptation de son roman Les Animaux dénaturés. Il l’a déclaré comme une comédie judiciaire et morale.

Source

 

jpg AfficheZOO

source

 

 

 

 

 

 

Les « Parathropus erectus » dit aussi « tropis » est une peuplade d’êtres inconnus se trouvant entre le singe et l’homme découvert lors d’une expédition ethnologique en Nouvelle-Guinée. Tous les membres de l’expédition observent alors ces créatures, puis découvrent qu’ils ont la capacité de faire du feu, le ménage, la vaisselle, tailler la pierre, fumer la viande, peindre ... Mais Douglas Templemore qui participait à l’expédition, devant l’incapacité de la science à leur donner une nature, réagit en commettant un meurtre sur un bébé tropis. La justice doit alors définir la nature de ces créatures mais qui aura donc des conséquences économiques et morales. Cette spectaculaire aventure bouleversera la justice britannique car une question philosophie finira par être posée : « Qu’est-ce qu’un homme ? » Après de nombreuses heures au tribunal, le président du jury délibérât Oui les tropis sont des hommes. En effet, l’humanité n’est pas un état à subir mais une dignité à conquérir et cette peuplade d’êtres inconnus ont fait preuve de mérite pour y entrer. Et Non le coupable est innocent puisque le coupable est fautif d’avoir enfreint cette protection future. Vercors avait donc prévu une fin heureuse pour son livre.

 

 

 

 

 

 

Dans ce livre, je ne vois que des points positifs !

Tout d’abord, il est facile à lire par sa longueur. En effet il n’y a qu’une  quarantaines de pages, ce qui est peu.

De plus, le livre aurait pu être difficile à lire par son aspect philosophique mais l’auteur en a fait un livre qui peut être lu par tous.

Zoo est raconté sous forme théâtrale, le lecteur ne s’ennuie donc à aucun moment lors de sa lecture.

Et pour finir, Vercors invite le public à participer à une des scènes lorsque le tribunal se déplace au Muséum de Melbourne. Le public s’intègre donc mais cette fois-ci, ceux sont eux les acteurs puisque la cage est mise à l’avant de la scène et donc les tropis sont en fait le public. L’auteur amène par conséquent le public à se demander « qu’est-ce qu’un homme » et « suis-je vraiment un homme ? »

Le seul point négatif de cette pièce de théâtre est qu’elle se lit tellement vite quand on l’apprécie ! Je recommande ce livre à tout le monde. Vercors a donc parfaitement maîtrisé son sujet.

 

auteur_1662.jpg

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Margaux 12/10/2012 09:21


C'est parce que je ne voulais pas le publier mais j'ai arrangé tout ça..

MLB 12/10/2012 09:15


Intéressant !


A revoir d'urgence : l'insertion des images !

Valentin 11/10/2012 21:57


J'aime beaucoup ta critique, je trouve qu'elle est très bien formulé et agréable à lire :)