Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Julie

Le temps des cerisiers ...

 

 

Il y a la maison des grands-parents, pleine de secrets et de souvenirs.

 

Il y a les petites babioles dans les vitrines.

 

Il y a les vinyles des années 80 que ma Mère écoutait.

 

Il y a la petite chambre bleue, le lit de ma Mère, le vieux papier-peint, la vieille commode et les portraits des six petits-enfants heureux, souriant, figés.

 

Il y a les recettes de cuisine de ma Grand-Mère, les chansons de mon Grand-Père.

 

Il y avait le cerisier trônant au centre du jardin, immense et majestueux, et tous ces pots de confitures sur l'étagère.

 

Il y a les livres aux pages jaunies, et cette odeur qu'ont les vieux bouquins.

 

Il y a la balancelle dans le jardin, pour lire ou faire la sieste lors des chaudes soirées d'été.

 

Il y avait les cris joyeux des enfants courant pieds-nus dans l'herbe fraîche.

 

Il y avait les dessins animés dans la chambre, les goûters sur le blacon.

 

Il y avait les Noël passés en famille, les oncles, les tantes, les cousins, les cousines, les parents, les grands-parents et le chat.

 

Il y avait le cerisier en fleurs au printemps, et orné de petites perles rouges en été. C'était le temps des cerisiers...


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nina 30/05/2013 19:21


J'aime beaucoup Julie!

Léa 30/05/2013 17:35


J'adore, c'est sublime !

meidos 27/05/2013 04:52


Il y aurait...


le jour entre par une longue fenêtre horizontale. Dehors. Une balançoire entre deux chaînes donne dans le vide. Gris, presque blanc, plein de brume, si pâle qu’on distingue à peine les têtes sur
le muret, qui pourraient aussi bien être des pierres en équilibre instable, chahutées par le vent ; mais non, elles disparaissent toutes ensemble et réapparaitront au même endroit et en nombre
identique dans quelques heures, quand le minibus pétaradant fera halte devant le pub adossé aux « Sept églises » en ruine que les touristes prennent et prendront en photo, leurs chapeaux,
parapluies, foulards, cheveux noirs, toujours noirs sous cette lumière à l’agonie, battant l’air comme les ailes d’un corbeau touché par un plomb.

i-voix 27/05/2013 18:45



Merci beaucoup !