Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Nolwenn D.

 

 

Seule, la lune m'éclaire de ces rayons rayonnants. Seule, la nuit m'entoure d'un vent refroidi, pourtant j'ai chaud. Je marche, m'accrochant aux bras des arbres. La lumière, rougeoyante de mille feux, s'apaise sur mon visage. Je m'arrête, figée. Je lève la tête et fais face à la lune, lui montrant que pour une fois c'est moi qui vais décider... Décider d'être seule mais vivante ! Jusqu'à l'aube, le diable... C'est moi. Jusqu'au crépuscule, le diable... Ce sera toi.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 19/01/2014 18:05


Très beau poème en prose, avec un côté Aloyius Bertrand très intéressant et une chute percutante.