Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Esteban

 

 

Elle, Aphrodite languissante demoiselle

Déploie et m'enveloppe de ses noires ailes

 

L'onde calme et sauvage de tes cheveux d'or

Sur ma peau, m'apaise, ma vigilance s'endort

Ils suintent vertigineusement vers mon cœur

L'étrangle sans relâche, ne se lâche l'ampleur

De la patiente étreinte qui attend l'heure

Je me débats, elle resserre son aigreur

 

Ton regard m'égare et prend mon âme en peine

Celui d'un cobra qui serpente dans mes veines

Empoisonne de sa profondeur tout mon corps

A ta demande je croque la pomme encore

Ton regard est triste, Mais jamais tes yeux moites

Déstabilisante et de son jeu, adroite.

 

 

               ***

 

Sur moi, guère imaginée, une nouvelle ère

Douce Aphrodite, tes griffures aiment ma chair

Tes ongles m'assourdissent et tes cris me lacèrent

Pénètrent mes muscles et chatouillent mes nerfs

Et crissent sur mes bras, et tissent entre tes draps

Sombre, bestiale araignée, je suis ta proie.

 

Mange moi. Aphrodite. Prend-moi. Caresse-moi.

Embrasse-moi. Mange-moi. Juste une dernière fois.

Ton souffle cadence mes mouvements, intense.

Approchant presque de ta lancinante danse

Chaman, ta véhémence devient une transe

Tu agites ton corps frêle, fort de présence

 

En grande violence tes hanches se déhanchent

Attisent ma démence qui pour toi est franche

Tes membres irréels se décomposent en odeur

Effluves dont, putain, je devrais avoir peur

Hypnotisant tous ces pouacres dégueulasses

Bavant, reniflant, Transpirant. Sales limaces.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article