Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Claire F

 

 

 

LOGO-L-Ingenu-Le-Mag

 

 

 

 

Mon bien aimé,http://joliscoeurs.j.o.pic.centerblog.net/vgch84el.jpg 

Je me languis de vous. Je désespère de ne vous savoir sain et sauf.  Je vous cherche. En vain.

Et lorsque je trouve une piste qui pourrait me mener à vous, quelqu’un ou quelque chose m’en empêche. Mon cher, vous devez sûrement vous demander pourquoi ; alors je dois vous confier mon affreux peché.

J’étais prête à faire n’importe quoi pour vous ! Mais voilà que ce goujat de Saint-Pouange me propose de … Oh mon Dieu, j’ai honte de le dire… De lui accorder mes faveurs, celles qui vous étaient exclusivement destinées ! Rendez vous-compte ! J’étais dans un état d’embarras le plus total ! Après vous avoir connu, aucun homme ne m’a plu, alors je me suis dit « quel malotru » ! Il me disait que c’était le seul et unique moyen de vous sortir de cette prison qu’est la Bastille. Bien évidemment, j’ai tenté de lui expliquer la situation plus clairement car il m’a semblé que s’il  avait osé faire une telle proposition c’est bien parce qu’il n’avait pas du comprendre la nature de notre amour ! Il me répond calmement que nous ne sommes pas encore mariés, de ce fait je ne commettais pas réellement d’adultère. Quel imbécile ! 

Plongée dans mon désarroi, je pris une décision qui me parut de prime à bord judicieuse : j’ai souhaité voir le père Tout-à-Tout. Malheureusement, celui-ci, en entendant le nom de Monseigneur de Saint-Pouange, se corrigea en disant qu’il aurait été sermonné lui-même tout homme autre que Monseigneur de Saint-Pouange, car cet homme si perfide soit-il, reste néanmoins un homme politiquement (et socialement) très important. Le fait qu’il soit le favori du Ministre de la Guerre, Monsieur de Louvois, me m’autorisait pas à refuser ses avances comme je l’avais fait précédemment, selon le Père Tout-à-Tout.

Enfin je suis retournée chez cet homme fourbe. Je vous passe les détails. Mais sachez que depuis je suis rongée par le sentiment horrible qu’est la culpabilité. J’ai tellement hâte de vous revoir ! Mais m’accepterez-vous avec mes péchés ? Saurai-je me sentir digne de vous ? Pourrons-nous enfin nous marier ?

               Je termine cette lettre en exprimant l’amour profond, sincère et déchu que j’éprouve pour vous.

 

                                                   Mademoiselle de Saint-Yves, votre aimée.

 

 

 

lien image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 06/11/2010 16:03



Oui, très réussi, jusque dans l'écriture qui ressemble au style de Cécile de Volanges dans les Liaisons dangereuses. Un livre passionnant, qui devrait vous plaire ...



Margaux M 05/11/2010 20:19



alors là....bravo!! =D