Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jeanne

 

Lettre LXIX

 

CÉCILE VOLANGES AU CHEVALIER DANCENY

 

( Billet écrit au crayon, et recopié par Danceny )

 

Vous me demandez ce que je fais ; je vous aime, et je pleure. (...) Je suis bien malheureuse : nous partons demain pour la campagne ; j'ignore pour combien de temps. Mon Dieu ! ne plus vous voir ! Je n'ai plus de place. Adieu ; tâchez de me lire. Ces mots tracés au crayon s'effaceront peut-être, mais jamais les sentiments gravés dans mon coeur.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  http://p7.storage.canalblog.com/70/31/119589/24723355.jpg

~ Les Liaisons dangereuses ~

 

 

   Ce passage de la lettre LXIX est tirée du roman Les Liaisons dangereuses, écrit par Choderlos de Laclos et paru en 1782.

 

   Ce billet est rédigé par la jeune et innocente Cécile Volanges, à l'homme dont elle est tombée amoureuse : le Chevalier Danceny. Cécile vient d'apprendre qu'elle partait à la campagne pour un temps indéterminé. En effet, sa liaison avec Danceny a été rapportée à sa mère, Mme de Volanges, par Mme de Merteuil, qui avait pourtant juré le silence à Cécile lorsque cette dernière s'était confiée à elle. Informée, c'est dans le plus grand désordre que Mme de Volanges décide d'un séjour à la campagne pour éloigner Cécile de l'emprise du Chevalier Danceny. Malheureuse, bouleversée par cette décision qui l'éloignera de Danceny pour un temps inconnu, Cécile écrit sa peine à ce dernier sur un morceau déchiré d'une précédente lettre, à l'aide d'un crayon qui lui est resté, Mme Volanges lui ayant ôté tout ce qu'elle avait de papier, de plumes et d'encre de manière à ce qu'elle n'est plus aucun contact avec le Chevalier Danceny.

 

   Ces quelques mots de Cécile sont touchants. On y ressent la détresse dans laquelle elle est plongée, la peur de la séparation prochaine avec le Chevalier Danceny et de ses conséquences. De plus, elle y jure son amour avec la plus grande sincérité.

   En lisant ce billet, une mélodie, plus qu'une chanson, m'est venue en tête. Il s'agit d'un morceau de Sébastien Tellier, intitulé La ritournelle. C'est tout d'abord la mélodie, qui a toujours eu à mon sens un petit côté bouleversant qui m'a fait rapprocher cet air à la situation dans laquelle se trouve Cécile en écrivant ce billet. Ensuite, lorsque j'ai traduit de l'Anglais les huit phrases que contient cette musique, j'ai trouvé qu'elles correspondaient parfaitement à la situation :

 

 

 

 

Oh nothing’s gonna change my love for you (...)

Oh, rien ne va changer mon amour pour toi (...)

I drift in your eyes since I love you

Je dérive dans tes yeux depuis que je t'aime

I got that beat in my veins for only rule

J'ai eu ce battement dans mes veines pour seule règle

Love is to share, mine is for you

L'amour est le partage, le mien est fait pour toi

 

 

Commenter cet article