Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Esteban

L'objet que je représente ici, ne me caractérise pas spécialement, il ne me définit pas.

Il incarnerait une sorte de souvenir. Le souvenir d'une époque, ou l'imaginaire et la réalité flirt encore, quand la magie de cette rencontre emet ses charmes et créer des rencontres, des moments, des futures.

La magie de l'enfance.

 

Cet objet est un simple pendentif, en bois.

Un bois qui dans l'envoutement encore effervescent de l'enfance

est "le seul bois qui ne flotte pas".

Même la matière dans laquelle est fait l'objet ne respecte pas les codes usuels.

Charmante matière pour un enfant rêveur.

L'hisoire de cette objet débute au Sénégal. Voyage au lieu d'exil des parents de ma mère

C'était un jour ensoleillé, comme de nombreux autres.

Chaleur étouffantes dans une rue de terre battue.

Ou de pauvres maisons de bois et de tôles abritent des commerces peu prospères.

Ma famille et moi nous dirigions, dans une sorte de bar semblant fait de terre

blanche pour y acheter de l'eau.

Un vieillard, noir et barbu, au sourire édenté et au regard bienveillant m'interpella.

Je me retournai et me dirigeai vers lui, assis à terre devant une sorte de case en bois.

Il était entouré d'un bric-à-brac d'outil usés et poussiéreux

Il ne me dit rien d'autres qu'un "attends", prit un morceau de bois noir.

Et commença à le travailler.

Il tenait le morceau de bois avec les mains, puis les pieds, changeant d'outils.

En quelques minutes ce fut terminé.

Il me tendit l'objet, "Tiens, c'est pour toi.

C'est un porte bonheur, garde le toujours près de toi."

Il me sourit, je le remercie, et me dit aurevoir.

Puis je m'en vais rejoindre mes parents plus loin dans la rue, dans le petit bar.

 

Au dos de ce pendentif, est inscrit mon prénom. Il m'a surement demandé mon prénom, mais je n'en ai pas le souvenir, peut-être que je ne le lui ai jamais donné.. Aah, l'imagination.


Esteban 1054-copie-1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article