Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par François

                     
Le Monstre, ou le Paranymphe d'une nymphe macabre 

 



Tu n'es certes pas, ma très-chère,
Ce que Veuillot nomme un tendron.
Le jeu, l'amour, la bonne chère,
Bouillonnent en toi, vieux chaudron!
Tu n'es plus fraîche, ma très-chère,

Ma vieille infante! Et cependant
Tes caravanes insensées
T'ont donné ce lustre abondant
Des choses qui sont très-usées,
Mais qui séduisent cependant.

Je ne trouve pas monotone
La verdure de tes quarante ans;
Je préfère tes fruits, Automne,
Aux fleurs banales du Printemps!
Non! tu n'es jamais monotone!

Ta carcasse à des agréments
Et des grâces particulières;
Je trouve d'étranges piments
Dans le creux de tes deux salières;
Ta carcasse à des agréments!

Nargue des amants ridicules
Du melon et du giraumont!
Je préfère tes clavicules
A celles du roi Salomon,
Et je plains ces gens ridicules!

Tes cheveux, comme un casque bleu,
Ombragent ton front de guerrière,
Qui ne pense et rougit que peu,
Et puis se sauvent par derrière,
Comme les crins d'un casque bleu.

Tes yeux qui semblent de la boue,
Où scintille quelque fanal,
Ravivés au fard de ta joue,
Lancent un éclair infernal!
Tes yeux sont noirs comme la boue!

Par sa luxure et son dédain
Ta lèvre amère nous provoque;
Cette lèvre, c'est un Eden
Qui nous attire et qui nous choque.
Quelle luxure! et quel dédain!

Ta jambe musculeuse et sèche
Sait gravir au haut des volcans,
Et malgré la neige et la dèche
Danser les plus fougueux cancans.
Ta jambe est musculeuse et sèche;

Ta peau brûlante et sans douceur,
Comme celle des vieux gendarmes,
Ne connaît pas plus la sueur
Que ton oeil ne connaît les larmes.
(Et pourtant elle a sa douceur!)

Sotte, tu t'en vas droit au Diable!
Volontiers j'irais avec toi,
Si cette vitesse effroyable
Ne me causait pas quelque émoi.
Va-t'en donc, toute seule, au Diable!

Mon rein, mon poumon, mon jarret
Ne me laissent plus rendre hommage
A ce Seigneur, comme il faudrait.
«Hélas! c'est vraiment bien dommage!»
Disent mon rein et mon jarret.

Oh! très-sincèrement je souffre
De ne pas aller aux sabbats,
Pour voir, quand il pète du soufre,
Comment tu lui baises son cas!
Oh! très-sincèrement je souffre!

Je suis diablement affligé
De ne pas être ta torchère,
Et de te demander congé,
Flambeau d'enfer! Juge, ma chère,
Combien je dois être affligé,

Puisque depuis longtemps je t'aime,
Étant très-logique! En effet,
Voulant du Mal chercher la crème
Et n'aimer qu'un monstre parfait,
Vraiment oui! vieux monstre, je t'aime!


Charles Baudelaire.

     J'aime ce poème car il fait l'apologie de la nécrophilie,chose que je pratique assidument! Plus sérieusement il me plait par son coté provocateur et malsain qui a vraiment dut choqué les gens a l'époque, aimé la mort, pas seulement le symbole mais tout simplement un cadavre et tout de même peu conforme aux valeurs morales, Baudelaire provoque donc...ce qui donne un resultat magnifique.
     Pour ce qui est de l'association chanson/poésie je dirais que le morceau joué aux violons et divers autres instruments a cordes nous envelope dans une atmosphére froide glauque et troublante...le rythme devient violent, saccadé corespondant a la folie du poéte. Cela confére egalement une ambiance adapté a l'époque....plus qu'avec des instruments éléctriques.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Merci pour ces commentaires forts réjouissant 8D<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> <br /> 4 violoncelles dans apocalyptica x)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Fantastique :D j adore Baudelaire,meme si mon preferé reste delphine et hyppolite qui avait du pas mal choquer vu que ce sont des lesbiennes,ce poeme reste excellent<br /> <br /> En tout cas nous avions des interets et passions communes dans nos pratiques <br /> <br /> <br />
Répondre