Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Louis

"  Noir. Pas noir. Noir rien ne bouge. Pas noir de choses. Quelquefois elles bougent. Pas noir trop fort mes yeux ont mal ma bouche crie. Une chose bouge elle crie plus fort que ma bouche.
Noir. J'oublie tout. "

 

"  Noir. Pas noir. Presque quand même. Rien ne bouge tout crie dans moi. Rien trop fort je crie pas. Qu'est ce qui bouge dans le froid très.

Noir.

J'oublie tout "

 

Ces deux poèmes s'associent d'abord grammaticalement. En effet, Michel Thion a écrit presque de la même façon ces deux poèmes : " Noir. Pas noir. " est repris dans les deux poèmes tout comme " Noir. J'oublie tout. " et " Rien ne bouge ". De plus les mêmes mots sont utilisés dans les deux poèmes : les verbe bouger et crier ou encore l'expression " trop fort ". On peut également associer ces deux poèmes car ils sont respectivement le premier et le dernier du recueil. Ils introduisent et concluent l'ambiance du livre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article