Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mona

Si je devais associer Le Jeu de l'Amour et du Hasard à une citation, je choisirais

 

« [Embrigadée dans le tourbillon polycéphale des tentations ostentatoires],

je suis la muse du dieu Paraître

[sur l’autel de qui j’immole gaiement chaque mois l’équivalent de votre salaire.] »


(Hell - Lolita Pille)

 


 

Car, au début de la pièce, Silvia semble complètement basée sur les apparences, elle aime son statut de maîtresse, de dominatrice, on sent une assurance dans ses paroles, liée à sa supériorité dans cette société du paraître. Cependant, on découvre plus tard son véritable visage, lorsqu'elle est comme démasquée par l'amour. Puis, tout au long de la lecture, les apparences, souvent trompeuses, gardent une place très importante. Chaque personnage cherche à en être un autre, à dissimuler son vrai visage. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article