Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jeanne

 

http://2.bp.blogspot.com/-oRV4_w6ncsI/UGm4UEJb0AI/AAAAAAAAFNo/l0r7Hv45StU/s1600/escalier-sans-fin-trompe-l-oeil.jpgÉtrange mise en scène acharnée

 

" (...). Un par un, l'agent de maîtrise est venu les chercher, ceux à qui on allait annoncer leur licenciement. Très officiellement, là-haut, dans les bureaux. Avec la procédure. Et quelles phrases qu'on ne sait pas. Un par un ; le chef s'approchait, doucement, mais s'approchait, désignait. Et ils montaient tous les deux le grand escalier métallique. (...) "

 

Extrait de la page 35 du recueil de poèmes  Croquis-démolition.

 

 

Le poème de Patricia Cottron-Daubigné, figurant à la page 35 de son recueil de poèmes Croquis-démolition, et principalement l'extrait ci-dessus, m'a fait penser au célèbre roman de Donald Westlake intitulé Le couperet.

Il y aura maintenant presque deux ans que je découvrais ce livre édifiant du monde du travail, et jamais l'histoire de Burke, cadre supérieur dans une usine de papier licencié, ne me quitta.


 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/519MW2D5CZL._SL500_AA300_.jpgL'histoire se passe aux États-Unis, dans les années 1990. Burke Devore, marié, père de famille et cadre supérieur dans une usine de papier depuis vingt-cinq ans, est licencié. Loin d'avoir commis une faute professionnelle, la raison de ce licenciement est due aux " compressions, dégraissages et restructurations. " Ces termes n'auront de cesse de tourner dans la tête de cet homme qui voit les mois de chômages se succéder. À 51 ans, après deux ans dans cette situation, pour retrouver ce " bonheur " qu'il estime avoir amplement mérité, il décide de retrouver un travail par une voie... radicale. Il passe alors une petite annonce dans un journal spécialisé en se faisant passer pour un chef d'entreprise, écrivant qu'il recherche quelqu'un ayant les mêmes qualifications que lui. Il croule alors sous les réponses et, après avoir attentivement lu les dizaines de CV, il décide d'éliminer toutes les personnes qui auraient de meilleures qualifications que lui au poste désiré. ( Couverture du roman. )

 

 

http://www.cinergie.be/images/webzine/revue92/couperet4.jpgJosé Garcia (Burke Devore), dans l'adaptation de Costa-Gavras

 

Après avoir lu Le couperet et Croquis-démolition, je pense pouvoir dire qu'il y a un lien direct entre les deux livres : le chômage. Patricia Cottron-Daubigné revient sur la douloureuse fermeture d'une usine et Donald Westlake aborde le problème du chômage et son cortège de conséquences désastreuses. Par ailleurs, tous deux dépeignent l'inhumanité du monde du travail actuel, uniquement axé sur la course au profit et dans lequel l'homme n'est plus qu'un " simple numéro " .

 
 
     

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article