Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Joséphine

 

 

" La fille dans les débris du grenier plongée cherche image souvenir quelque chose à saisir

                                ( ... )

                                                                    

                      la VILLE est détruite

la nuit est tombée avec tous les immeubles

ils se sont écroulés c'était un château de cartes

                                                                   le long du boulevard

elle voit : éclats de verre au sol une photo nazie

                clochard céleste nu évadé de sa coquille

Elle voit leurs deux corps nus couchés dans une baignoire

                                           échoués                                                      sans eau stagnante

                                                                  au milieu du boulevard

                                       ... "

 

 

J'associe ce passage à la chanson " Je suis laid " de Cali. En effet, dans celle-ci il explique à quel point tout lui semble moche y compris lui-même sans la personne qu'il aime.

Dans le poème d'Agnès Birebent on voit également une personne désespérée. Alors peut-être que les atrocités qu'elle voit ne sont pas réelles, seulement l'expression de son malheur ?

Pour moi ces deux textes montrent à quel point l'amour peut changer notre regard sur le monde. En bien évidemment mais lorsqu'il s'en va il (re)lève le voile sur tout le mal-être et les

horreurs qu'il avait occulté. Allant souvent jusqu'à les empirer.

C'est pourquoi peut-être certaines personnes hésitent tant à se jeter et s'abandonner à l'amour. Car cet état est une drogue qui peut tôt ou tard détruire chacun de nous.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article