Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Claire F & Jade


La Vénus d’Urbino

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/ba/Tizian_102.jpg/800px-Tizian_102.jpg

Informer


La Vénus d’Urbino est un tableau de l’époque de la Renaissance peint par Titien en 1538. Celui-ci a utilisé de l’huile sur la toile et selon les demandes du commanditaire, la toile doit être transportable. Ses dimensions sont 119 cm sur 165 cm. Il s’agit d’une peinture mythologique étant donné le titre Vénus qui rappelle la déesse grecque. Mais c’est aussi un portrait de femme car on peut considérer que l’aspect mythologique n’est qu’un prétexte pour pouvoir admirer le corps d’une femme. Il est conservé à la Galerie des Offices, à Florence.

Titien subi, à ses débuts, une grande influence de Giorgione. Puis, c’est Guido Romano qui l’inspire. Cela se remarque notamment sur les plafonds de la basilique Santa Maria della Salute de Venise. Dans la dernière période de sa vie, il cherche de nouvelles formes d’expression et entame certains tableaux qu’il n’aura pas le temps de finir. Ce sera Palma le Jeune qui les terminera. Son modèle pour ce tableau est La Bella. En général, Titien à tendance à produire des tableaux basés sur des thèmes religieux.

Cette peinture à été commandée par le Duc d’Urbino, Guidobaldo Della Rovere, l'héritier de Francesco Maria Della Rovere. Le régime politique de l’époque était l’empire, le Saint Empire romain germanique, dirigé par Charles Quint. Le mouvement artistique de l’époque était le mouvement de la Renaissance et le genre le plus rependu en peinture était bien sur le genre religieux.

Il pourrait être inspiré de la Vénus Endormie de Giorgione et a évidemment inspiré l’Olympia de Manet, 325 ans après sa création.

 


  Analyser


On voit trois femmes. Une d’une semble plus âgée, debout, à côté d’une petite fille, qui semble penchée sur une malle. La femme debout porte une robe sur l’épaule et semble très bien habillées et coiffées.

La troisième femme est allongée sur le lit. Elle porte une bague à la main gauche ainsi que des boucles d’oreilles et un bracelet. Ses cheveux sont blonds et ondulés. Elle porte une tresse. Le lit est composé de deux matelas rouges qui semblent posés à même le sol. On remarque un rideau vert au dessus de la tête de la jeune Vénus avec un pan de mur noir derrière.  On peut voir également un petit chien blanc et marron aux pieds de la femme blonde.

La lumière semble venir de gauche derrière le mur noir et de devant la femme allongée. On peut voir aussi qu’il y a un coucher de soleil dehors. Cette lumière est assez uniforme, il y a peu de zones d’ombres, mis à part les tapisseries en haut à droite du tableau et l’ombre produite par le rideau vert sur le mur noir. On remarque plusieurs couleurs dominantes : le rouge, que l’on voit avec les matelas et la robe de la femme qui est debout, le vert avec le rideau qui est mis en avant mais aussi le blanc avec les draps et le marron avec les tapisseries, le sol, le chien et les malles. Le noir est aussi présent avec cette sorte de mur au milieu de la pièce. Toutes ces couleurs forment un contraste entre les couleurs vives (rouge (signe de luxe), vert) et les couleurs neutres (marron, noir et blanc). Ces dernières dominent réellement le tableau.

On ce qui concerne la composition du tableau, on peut remarquer deux parties que séparent le pan de mur noir : cela ne semble pas cohérent ! Au premier regard, on se concentre tout d’abord sur le visage de la jeune femme, puis dans la continuité de son corps, on arrive à poser ce regard sur les deux personnes dans le fond de la peinture. On peut voir aussi beaucoup de lignes « droites et verticales » comme les colonnes et les tapisseries.

Nous avons supposé que chacune des femmes présentes dans le tableau pouvaient représenter une période de la vie : l’enfance, la jeunesse, la vieillesse. Mais après quelques recherches, il s’est avéré que cette scène était susceptible de représenter une jeune mariée comme le démontre les signes suivants : le chien, signe de fidélité, le bouquet de roses, l’amour.  A l'arrière, le coffre nuptial garde les vêtements de la jeune femme. Les deux servantes se penchent sur celui-ci et une d'entre elles porte sur ses épaules une robe.


  Créer


La jeune fille couchée sur la malle, dans le fond de la pièce. Dans ses pensées :


"… Pfff. Ras le bol de la vieille mégère. Je suis épuisée. Je veux aller me coucher, retourner dans ce lit si doux que j’ai délaissé trop tôt. Et l’autre là, qui n’a pas arrêté une seule seconde de me crier dessus depuis 1538. Que j’aimerais être à la place de cette femme qui est bien là, allongée. Bon, le point négatif, à mon avis, c’est qu’elle est nue et que nous sommes exposées dans un musée : là où il y a beaucoup de monde, là où tout le monde peut (veut peut-être la voir). Mais sa nudité n’a pas vraiment l’air de la déranger. Moi je serais vraiment gênée… Enfin, peut-être est-elle célèbre pour cela ? Oui, surement, il faut avouer qu’elle est très belle. Mais je préfère ce petit chien. Depuis 1538, j’essaye de le faire venir à moi en la sifflant et en l’appelant. Mais il ne vient pas. Je rechercher désespérément son nom. J’ai tout essayé : « Ulysse, Artémis, Achille… » Les prénoms de héros ou des divinités grecques c’était très à la mode à la Renaissance…"


Commenter cet article

MLB 27/05/2011 17:07



Excellent !