Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Léa

Mission : Insérer un aparté dans la pièce de Marivaux, Le jeu de l'amour et du hasard.

Silvia et Dorante doivent se marier toutefois ce projet proposé par leurs pères respectifs ne leur plaît pas. Ignorant qu'ils ont eu la même idée, les deux promis échangent leurs places avec leurs domestiques pour s'épier mutuellement avant le mariage. Tandis que Lisette, la suivante de Silvia et Arlequin, le valet de Dorante, s'attachent l'un à l'autre sans se douter de la véritable identité de l'autre, la vraie maîtresse, écœurée par le comportement impoli d'Arlequin et touchée par la finesse de Dorante, prend la décision d'interrompre l'accord entre les deux familles. Cependant, tout semble s'acharner contre elle : son père l'évite, et Lisette ne sort plus de ce rôle de jeune courtisée.

 

  version de la Comdie Française en 1965

source de l'image

 

 

ACTE I – Scène 6. LISETTE. ARLEQUIN. SILVIA.

 

LISETTE. Que voulez-vous Lisette ?

SILVIA. J'aurais à vous parler, Madame.

ARLEQUIN. Ne voilà-t-il pas ! Eh ma mie revenez dans un quart d'heure, allez, les femmes de chambre de mon pays n'entrent point qu'on ne les appelle.

SILVIA, à part. Quel homme désagréable ! Un rustre sans manière ! Quelle tristesse qu'il fut mon prétendant ! (Haut) Monsieur, il faut que je parle à Madame.

 

ARLEQUIN. Mais voyez l'opiniâtre soubrette ! Reine de ma vie renvoyez-la. Retournez-vous-en, ma fille, nous avons ordre de nous aimer avant qu'on nous marie, n'interrompez point nos fonctions.

LISETTE. Ne pouvez-vous pas revenir dans un moment, Lisette ?

 

SILVIA, bas. Ce Dorante ! Il fait bien le fier devant Lisette cependant il ne sait pas à qui il s'adresse ! Je n'avais pas grand tort en disant que les hommes ne sont que des hypocrites ! Il fait erreur en se montrant courtois avec « Madame ». Et voilà comment il me traite, moi ! Moi, Silvia ! Sous pretexte que je porte l'habit des femmes de chambre ! J'ai capturé son véritable visage, et cela ne me plaît point. Il ressemble tant à ces gens sans goût et sans esprit, il paraît si différent de son valet ! Bourguignon n'est décidemment pas à sa place ! Quant à Dorante, je ne l'épouserai pas et il rentrera chez lui sans jamais savoir qu'il a froissé sa dame. Il faut que je raconte cela à ma suivante pour qu'elle obéisse à ma nouvelle idée... Dorante, je l'oublierai bien rapidement ! Bourguignon, je préfére ne pas penser à ce valet ! Et Lisette qui ne se presse pas ! (Haut) Mais, Madame...


ARLEQUIN. Mais ! Ce mais-là n'est bon qu'à me donner la fièvre.

 

SILVIA, à part les premiers mots. Ah le vilain homme ! Madame, je vous assure que cela est pressé.

 

LISETTE. Permettez donc que je m'en défasse, Monsieur.


ARLEQUIN. Puisque le diable le veut, et elle aussi... Patience... Je me promènerai en attendant qu'elle ait fait. Ah, les sottes gens que nos gens !  


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article