Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jeanne

 

" - Voilà, on était sur le chemin du retour. On s'est trompé de train. Alors, comme on était là avec un tas de Bulgares, qui murmuraient entre eux on ne sait pas quoi, qui remuaient tout le temps, on a préféré en finir d'un coup. On a sorti nos revolvers et on a tiré. On a tiré précipitamment, parce qu' on ne se fiait pas à eux. (...) "

 

 

 

http://www.librairie-walden.com/Ebay/Michaux%20Henri/plume/plume.JPGVoici l'incipit du poème en prose La nuit des Bulgares, cinquième poème du recueil de Henri Michaux appelé Un certain Plume, paru en 1930. L'auteur raconte, à travers d'insolites poèmes en prose, les mésaventures survenues à un personnage imaginaire.

 

Avec notre professeur de Français nous avions étudié un autre poème figurant dans ce recueil, intitulé Un homme paisible. De part l'attitude du personnage, l'étrangeté du scénario et l' écriture légère mélée d'humour noir, le poème m'avait énormément plu et le soir même j'empruntais le recueil...

 

Je ne fus aucunement déçue, chaque nouvelle aventure de Plume, même si cela peut paraitre étrange dans certains poèmes, m'a littéralement fait rire. Le poème que j'ai le plus apprécié est La nuit des Bulgares malgré le fait que la mort soit présente à chaque page et qu'elle s'invite des les premieres phrases, comme vous avez pu le constater ci-dessus. Cette folle nuit cadavérique est tout simplement exquise ! Je ne vous retiens pas davantage, je vous laisse dévorer ce poème.

 

N' hésitez pas à poster un commentaire pour me faire part de vos impressions !

 

" Oh ! vivre maintenant, oh ! vivre enfin ! "

 

 

Commenter cet article