Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Florine

 

Bon cet article, je le trouve assez inutile dans la mesure où je serai sûrement la seule dans mon délire...

Voilà, en lisant la page 80   , j'ai eu un gros effet de déjà vu. Non ce n'était pas un bug de cerveau, ça a continué sur une autre page.


     Je ne suis pas folle !     

 

Cette impression est tout à fait justifiée parce qu'en fait, ce texte, on l'a eu en BREVET BLANC ! Amis du collège de Camille Vallaux, j'en appelle à votre mémoire...

 

 

"Annie Ernaux évoque sa jeunesse et rend hommage à son père. Cet ancien ouvrier, devenu

petit commerçant dans un village normand, espérait pour sa fille une « bonne situation ».


Il n’osait plus me raconter des histoires de son enfance. Je ne lui parlais plus de mes

études. Sauf le latin, parce qu’il avait servi la messe, elles lui étaient incompréhensibles et il

refusait de faire mine de s’y intéresser, à la différence de ma mère. Il se fâchait quand je me

plaignais du travail ou critiquais les cours. Le mot « prof » lui déplaisait, ou « dirlo », même

« bouquin ». Et toujours la peur ou peut-être le désir que je n’y arrive pas. 

Il s’énervait de me voir à longueur de journée dans les livres, mettant sur leur compte

mon visage fermé et ma mauvaise humeur. La lumière sur la porte de ma chambre le soir lui

faisait dire que je m’usais la santé. Les études, une souffrance obligée pour obtenir une bonne

situation et ne pas prendre un ouvrier. Mais que j’aime me casser la tête lui paraissait

suspect. Une absence de vie à la fleur de l’âge. Il avait parfois l’air de penser que j’étais

malheureuse..."

 

 

Ici, vous avez même un super corrigé de l'épreuve. Mais c'est peut-être pas utile non plus. Voilà.

 

 

arton270-51700.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


J'ai eu du Annie Ernaux aussi en brevet blanc mais je sais plus si c'était ce passage ^^



Répondre
F


Ouaip, ça m'as frappée aussi quand je l'ai lu ! C'etait vraiment trop easy le Brevet...



Répondre