Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Héloïse

 

AMOUR JOUANT DU LUTH 

 

Rosso Fiorentino, 1522

 

 

source

 

¶  INFORMER : 

 

Giovani Battista di Jacopo, dit Rosso Fiorentino (1494-1540) est l'un des peintres emblématiques de l'école de Fontainebleau. Lors de son installation à Rome, il travailla sur les œuvres de Michel-Ange ainsi que sur l'Antiquité. Lors de son retour auprès de François 1er, il parvient à placer la France et l'École de Fontainebleau au centre de la culture artistique européenne.  Son œuvre principale est la Galerie François 1er réalisée entre 1531 et 1540. 

 

L'œuvre dont nous allons parler aujourd'hui s'intitule Amour jouant du luth. Ce tableau a été peint en 1522 ; c'est une peinture sur bois à l'huile qui est aujourd'hui exposée à la Galerie des Offices à Florence en Italie. Ses dimensions sont : en hauteur 0.39 mètre et en largeur 0.47 mètre. 

 

Je pense que le genre de ce tableau est allégorique car les anges représentent souvent un sentiment ; même si on connaît également leurs représentations récurrentes dans le genre religieux avec par exemple l'Annonciation de Fra Angelico où est représenté l'ange Gabriel de manière remarquable.

 

Le sujet de ce tableau est sûrement la musique car il appartient à la catégorie des «Anges Musiciens» qui fut inventée par le peintre Melozzo de Forli. 

 

¶ ANALYSER : 

 

description objective : il n'y a qu'un seul personnage sur ce tableau, il s'agit d'un ange aux boucles à la fois rousses et dorées. Il est évidement nu et a des ailes prochent de celles des oiseaux. En effet leur couleur peut faire penser à celle des rouges gorges. Pour "cacher" la nudité de l'angelot, celui-ci joue du luth. il faut savoir que cet instrument est assez volumineux ce qui permet facilement de couvrir le corps nu de l'ange. Il est en train de jouer car ses mains sont placées de façon à ce quil puisse pincer les cordes de sa main droite et appuyer sur les frettes avec sa main gauche. Le fond du tableau est noir ce qui permet à Rosso Fiorentino d'utiliser des couleurs vives ; c'est un parti pris.

 

description subjective : cette œuvre est à première vue très simple mais quand on se penche vraiment dessus et qu'on prend le temps d'observer tous les détails et d'interpréter les choix du peintre, il devient à la fois complexe et passionnant ! Ce qui est pour ma part le plus étonnant ceux sont les ailes de l'ange. Elles ont une forme assez simple, proche des ailes de certains oiseaux mais c'est au niveau de leurs couleurs que c'est le plus interessant. Elles sont rouge-orangées vers l'intérieur - le rouge symbolise la passion et l'amour - et blanches vers l'extérieur - symbole de la pureté et de l'inoncence. De plus, la séparation entre ces deux teintes n'est pas progressive, elle est très marquée comme si il y avait deux parties vraiment indépendantes l'une de l'autre. Je pense que le peintre n'a pas fait le choix d'utiliser ces deux couleurs au hasard : peut être qu'il voulait montrer l'ambivalence de l'ange c'est-à-dire qu'il représente tous les sentiments et pas qu'un seul comme parfois certains peuent penser. Même si l'ange est souvent apparenté à la religion, l'amour et le plaisir demeurent des sentiments à part entière comme il en est de la pureté. De plus, on peut rapprocher ces deux coloris au plumage du rouge-gorge qui est un oiseau réputé pour ses gazouillis mélodieux ! La présence du luth prendrait alors tout son sens puisque cet instrument était très apprécié à la Renaissance pour sa clarté de son et de jeu. 

Enfin, le regard de l'angelot est dirigé vers sa main gauche, celle du manche comme pour montrer sa concentration et son application à jouer quelque chose de juste. Cependant son visage semble fatigué et sa joue repose mollement sur la caisse du luth. De plus, ses boucles tombent dans ses yeux. 

On peut penser que ce tableau serait finalement l'allégorie de deux choses : la musique et le sommeil ou encore l'apaisement. 

 

¶ EN QUOI CE TABLEAU SEMBLE-T-IL CARACTÉRISTIQUE DE LA RENAISSANCE DANS SON CONTENU ET/OU SA FORME ?

 

Ce tableau semble caractéristique de la Renaissance par sa technique. En effet, c'est de l'huile qui est ici utilisée et on le voit tout de suite par l'éclat des couleurs ainsi que par la texture limpide. Précédement, c'était la technique "A Tempera", à base de jaune d'œuf, qui était la plus répendue. Mais à partir du 16ème siècle, la peinture à l'huile, découverte par les maîtres flamands, fait son apparition. Grâce à cela, les peintres procèdent désormais en fines couches supperposées. Sur ce tableau, la précision des ailes de l'ange musicien témoigne parfaitement de cette nouveauté. On peut ajouter que les proportions de l'angelot semblent parfaitement justes. En effet, c'est avec Leonardo Da Vinci et son Homme de Vitruve qu'est apparue cette autre nouveauté. Même si on ne voit que les mains de l'ange, on sent que le mouvement est présent et que derrière ce luth se cache un corps harmonieux. 

 

¶ CRÉER : 

 

«  - Comme je suis fatigué... Voilà plusieurs siècles que je joue du luth et je n'ai jamais pu me reposer. Quand mon maître a commencé à me peindre, j'étais libre, j'étais nu, j'étais bien. Bon d'accord, il faisait un peu sombre dans le fond alors je ne bougeais pas trop parce que j'avais peur mais je pouvais faire ce qui me plaisait ! Et puis un jour je l'ai vu, l'œil pétillant, avec son pinceau tout fin et sa palette de peinture toute grasse, il allait rajouter quelque chose et j'ai immédiatement senti que ça n'allait pas me plaire... Et c'est à partir de ce moment là que tout a basculé : un luth, non mais quelle idée ?! Déjà un ange c'est fait pour voler, pour batifoler, pas pour jouer de la musique tout seul dans son cadre. Encore il m'aurait rajouté un peu de compagnie, ça ne m'aurait pas trop dérangé mais là, tout seul dans le noir et avec un luth... Sincèrement je ne comprends pas ! Mais bon, de toute façon c'est comme ça, je ne vais pas continuer à m'apitoyer sur mon sort toute mon existence. Et puis de toute façon je vois bien que je vous ennuie...

    -  Mais non pas du tout !

    -  Allons ne faites pas l'enfant, avec tous les touristes que j'ai vus je suis bien capable de deviner si je vous intéresse ou non... 

    - Bon d'accord c'est vrai qu'à un moment j'ai un peu décroché. Mais juste un instant ! Dites, je me demandais si...

    - Quoi donc mon chou ?

    - Vous ne voudriez pas me jouer quelque chose ? Per piacere ?

    - Pff... tous les mêmes ! Enfin... Con piacere ! »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Plumine 25/07/2013 17:10


Bonjour,


Je viens de découvrir votre article sur ce tableau car je cherchais justement une interprétation. Je ne sais pas si vous vous intéressez aux anges, mais j'ai lu il y a quelques mois de cela, que
chaque ange (il me semble que c'est d'un point de vue ésotérique ou kabbalistique je ne sais plus), est lié à un domaine particulier. Par exemple, l'ange Gabriel est lié à l'art. Il protège les
artistes et leur donne l'inspiration. C'est notamment le cas pour l'écriture ou la musique. J'ai donc fait le rapprochement lorsque j'ai vu ce tableau. J'ai été frappé par ce tableau car on
associe à Gabriel la couleur cuivrée (d'où peut-être la couleur de ses cheveux) et il est souvent vêtu de rouge (notamment dans la scène de l'Annonciation). Alors, peut-être est-ce pour cela que
l'artiste l'a représenté avec les ailes rouges.


En tout cas, merci pour les informations sur l'analyse du tableau et sur l'auteur. Je tente vainement de combler mes lacunes d'un point de vue peinture.