Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Justine

Bandeau Gargantua Magazine

 

« INTERVIEW EXCLUSIVE !»

 

 

Le fouacier de Lerné nommé Marquet et le berger de Gargantua appelé Frogier ont accepté de répondre à nos questions afin de vous éclairer, chers lecteurs, sur l'origine des guerres Picrocholines.

 

 

Vos lettres à notre magazine nous ont informés que la guerre a commencé par un simple conflit, est-ce vrai ?

Marquet : Oui, en effet cette grande guerre a débuté avec une altercation entre Frogier et moi-même. Je tiens à profiter de cette interview pour présenter publiquement des excuses à Frogier pour mon comportement abusif.

Frogier : J'accepte tes excuses, mais je dois reconnaître mes torts, je n'ai pas été tendre non plus.

 

Frogier, voulez-vous nous expliquer les raisons de cette altercation ?

Bien sûr. Au début de l'automne dernier, pendant la saison des vendanges pour être exact, je m'occupais des vignes avec les autres bergers quand Marquet et ses compagnons arrivèrent. Ils portaient une douzaine de charges de fouaces, on leur proposa de leur en acheter comme chaque année, car manger de la fouace fraiche avec des raisins au déjeuner est un régal. Mais les Fouciers ont refusé de nous en vendre et nous ont insultés de goinfres, de pique-assiette et d'autres insultes que vous n'oseriez pas écrire dans votre article. Ils ont ajouté que nous n'étions pas dignes de manger leurs fouaces. Devant tant d'arrogance, je ne pus m'empêcher de leur demander des explications pour ce comportement abusif. Alors Marquet m'appela pour procéder à une vente, quand je me suis approché, ce dernier me donna un coup de fouet. J'ai rétorqué en lui lançant un gros gourdin en pleine tête, ce qui lui fit perdre connaissance. Mes amis vinrent à mon secours, nous primes de force leurs fouaces tout en payant le prix habituel et les fouaciers s'enfuirent.

 

Confirmez-vous ces dires Marquet ?

Je n'ai rien d'autre à ajouter, son récit est complet et ils ont effectivement payé pour nos fouaces, même si nous ne voulions pas les vendre, il faut reconnaître leur honnêteté.

 

Marquet, qu'avez-vous fait après cette altercation ?

Mes compagnons m'aidèrent à monter à cheval et nous rentrâmes à Lerné. Nous nous rendîmes directement au Capitole en référer à notre roi, Picrochole troisième du nom. Nous lui fîmes le récit de notre aventure, c'est alors que Picrochole entra dans une colère folle et ordonna à son peuple, capable de se battre, d'attaquer par surprise les bergers de Gargantua, sous peine d'être pendu. De ce fait, nous attaquames sans ordre ni organisation.

 

Frogier, comment avez-vous vécu cette attaque ?

La rumeur d'une attaque surprise s'est vite répandue. Mais une partie du peuple de Gargantua n'y a pas cru car Grandgousier et Picrochole avait signé un traité d'amitié. J'emmenai donc ma femme et mes enfants se réfugier dans les vignes. Les hommes de Picrochole dévastèrent et pillèrent tout sur leur passage, n'épargnant ni les pauvres, ni les riches. Mais ils furent arrêtés par Frère Jean à l'abbaye de Seuilly. Ce moine repoussa violemment l'attaque. Mais Picrochole s'installa à La Roche-Clermault sans rencontrer de résistance. Grandgousier ne voulait pas se battre or Picrochole souhaitait conquérir le monde. La guerre était donc inévitable. Grandgousier demanda à son fils, Gargantua, de revenir pour mener la bataille.

 

Marquet, pouvez-vous nous éclaircir sur les projets de Picrochole ?

Effectivement, ce qui a lancé la guerre Picrocholine n'est pas une simple querelle. Picrochole n'attendait qu'un prétexte afin de déclarer la guerre. En effet, il avait pour projet de conquérir le monde entier par la force, avec ses conseillers Toucquedillon et Hastiveau, ils avaient absolument tout planifié. Mais l'armée de Grandgousier mit fin à ses projets en gagnant la guerre. En effet, Gargantua prit d'assaut le château de Picrochole avec l'armée de son père. Même si j'étais considéré comme un ennemie, Gargantua me traita avec amabilité malgré les torts que j'ai causés à son peuple. Depuis, je travaille pour lui, dans son imprimerie. Il aida également les survivants du peuple de Picrochole à se relever de cette guerre qui a causé des dommages matériels importants.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Julien 05/11/2011 18:41


Du très bon, Ju' !! :)