Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jeanne

 

http://www.lequartz.com/sites/default/files/images/spectacles/saison-1213/alexis-une-tragedie-grecque/entete/alexis-bandeau.jpg

Alexis. Une tragédie révolutionnaire...

 

 

Au cours de la représentation que nous sommes allés voir au théâtre, intitulée " Alexis. Une Tragédie Grecque ", un élément a particulièrement retenu mon attention.

Il faut tout d'abord savoir que cette pièce traitait des révoltes contemporaines. Elle mettait plus particulièrement en avant un des quartiers anarchiste d'Athènes, Exarchia,  dans lequel la jeunesse grecque et les forces de l'ordre se sont affrontées en 2008, suite à l'assassinat d'Alexis Grigoropoulos. Les anarchistes, que l'on associe bien trop souvent à un courant de désordre social, veulent simplement développer une société sans domination, dans laquelle la population coopérerait librement.

Je reviens à cet élément, qui n'est autre qu'une pierre, d'une taille moyenne et taillée grossièrement. Tout au long de la pièce, elle n'a pas quitté la scène et est sans cesse passée d'une main à l'autre des acteurs. Lorsque ces derniers l'avaient en main, ils étaient comme possédés par cet objet, le brandissaient en le balançant d'avant en arrière, s'apprêtaient à le balancer, puis, finalement, ce ravisaient. Cette pierre, qui m'a semblé si lourde, a également été lourde de sens : brandie mainte fois, elle symbolise à mes yeux le désir de révolte, de liberté et de changements que nous avons tous au fond de nous. Les acteurs se ravisaient de balancer la pierre dans le public alors qu' ils bouillonnaient de rage : Par ce ravisement, ne  voulaient-ils pas faire passer l'idée que, même si désir de protestation, de révolte il y a, il ne faut pas céder à quelques pulsions vives et violentes et qu'il faut, justement, apprendre à manifester son mécontentement en n'ayant pas recours à la violence, de quelque type que ce soit ?


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article