Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Fabio

à ...
Des gens parmi vous ont apprit malheureusement que la vie n’est pas un jeu ou une plaisanterie, mais elle est un dé avec milles pans différents qui selon le type de lancement peut susciter du bonheur ou du douleur.

Je ne sais pas parce que j’ai décidé de vous ouvrir mon cœur, mais je sais seulement que j’ai senti dans mon cœur un désir fort de parler de ma vie.

Mais ça n’est pas une autobiographie « normale » dans laquelle on raconte la naissance, comment on a passé la vie et la morte. Au contraire cette lettre adressée directement à mon cœur et à vous, mes chers lecteurs, parle d’une histoire assez compliquée passée à une famille très proche de la mienne.

On ne sait jamais si la chance  peut durer pour  la vie ou pas. On doit profiter des instants heureux !

La famille dont je parle était une famille normale: mère et père de 40 ans plus ou moins, trois enfants (la plus grande avait 12 ans et la plus petite seulement 1 ans), une maison achetée avec la fatigue de deux travaux et 30 ans d’emprunt juste commencés.

Après la morte naturelle des grands-parents, la famille était restée seule… ah no ! je me souviens que la mère avait une sœur, mais je savais qu’elle travaillait à l’étranger et ne voyait sa famille depuis longtemps.

Jusqu’à ce moment-ci La vie se passait bien pour la famille parce qu’ils avaient trouvé la manière plus correcte pour se distribuer les rôles à l’intérieur de la famille.

Mais il y a 1 an la mère n’a plus pu faire son rôle. Elle a découvert qu’elle avait une tumeur à la tête.

Le monde est crollé pour la famille et pour tous les gens qui se trouvaient autour d’elle comme moi.

Pour les premiers jours, le père a décidé de ne pas dire à ses enfants la nouvelle, mais après une semaine surtout les plus grands ont compris que quelque chose était passée à leur mère.

Puis la mère a du rester absente des mois pour les différents analyses et thérapies et le père était devenu un fantôme: on le voyait marcher avec une allure lourde et un visage blanc et absent. Il ne saluait à personne et il pensait seulement à la personne qu’il aimait et parfois on le voyait parler seul dans la rue ; il priait continuellement  pour sa femme et il voulait savoir pourquoi ce destin était touché à lui-même .

Pauvres enfants ! qui ont perdu leur vie innocente pour devenir trop tôt indépendants et qui ne savent plus ce que le jeu est… 

Un « beau jour » (on dit comme ça quand quelque chose change)  la mère est retournée chez elle dans une ambulance. De la voiture j’ai vu descendre un vrai « cadavre qui marchait ». Elle avait tout à fait changé d’aspect. J’étais étonné; une maladie est réussi à changer tellement la vie d’une famille qui ne savait plus ce que signifiait la chance et le bonheur.

En pensant trop les gens perdent leur temps, il faut faire toutes les choses possible avant qu’il soit trop tard et avant que le désir et la passion passent.

Je l’ai compris et ça est devenu mon but dans la vie.

Maintenant la famille est encore là: on ne sait pas encore si la mère pourra continuer sa vie, le père et les enfants se sont familiarisés avec cette situation difficile et pour l’instant la vie continue.

L’histoire de cette famille n’est pas encore terminé malheureusement et je suis proche d’elle.

Je peux dire une chose à la fin de cette révélation très importante pour l’être humain que je suis: la vie passe aussi pour moi, mais après cette histoire, je la regarde d’une autre coté plus attentive et « ouverte ».

 

A bientôt !

 

Fabio.   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

j'aurais plutot dis "heuresement que l'histoire de cette famille n'est pas terminée"


Répondre
M

Fabio! quel enthousiasme,quel travail de ton coté!  Bravo!


Répondre
M

A presto !


Répondre