Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Claire

*

Le papier bulle, la soie, la pâte à modeler, la peau du kiwi, les pétales de roses, les couteaux à pain, le coton, la peau rasée de la gent masculine, le fil de pêche, le bois poncé, la farine, les cordes de guitare, la craie, les faux cils des poupées et les vrais cils d'êtres humains, les vices, les plumes, le pelage de mon lapin ( grignoté par toutes sortes d'insectes à l'heure qu'il est ), la poussière, mes lentilles de contacts, la peau de l'abricot, les bougies, la mousse à raser, les ongles d'Avril et de Charline, la pâte fimo, les abats de poisson, la peau-plastique des mains de mes grand-mères, la mousse, les feuilles de tabac, le sable fin, les veines, l'écorce, les sacs remplis de graines ( spécial dédicace à Méline et Amélie Poulain ), les articulations, le museau des chevaux, le scotch, les pétales de coquelicot, l'aluminium, les écouteurs d'Ipod, le cachemire, le papier tout chaud sorti de la photocopieuse, les paréos, les chaînes très fines, la pâte à fixe, la pierre ponce, les cheveux, la feutrine et les bouclettes de Guillaume.


Une défunte boule de poils


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lucie 07/06/2009 18:20

C'est troop bien, :)

MLB 07/06/2009 11:51

    LASSITUDE De la douceur, de la douceur, de la douceur ! Calme un peu ces transports fébriles, ma charmante. Même au fort du déduit parfois, vois-tu, l'amante Doit avoir l'abandon paisible de la sœur. Sois langoureuse, fais ta caresse endormante, Bien égaux tes soupirs et ton regard berceur. Va, l'étreinte jalouse et le spasme obsesseur Ne valent pas un long baiser, même qui mente ! Mais dans ton cher cœur d'or, me dis-tu, mon enfant, La fauve passion va sonnant l'olifant !... Laisse-la trompetter à son aise, la gueuse ! Mets ton front sur mon front et ta main dans ma main, Et fais-moi des serments que tu rompras demain, Et pleurons jusqu'au jour, ô petite fougueuse !VERLAINE - POEMES SATURNIENS  (1866)Source