Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par anonyme

Au sein de chaque famille se cache un secret que l'on aimerait enfouir sous terre, mais qui finit toujours par éclater. Pendant des années, mon secret je l'ai gardé en moi, tentant d'oublier, essayant de vivre comme une enfant de mon âge. En gardant le silence, je protégeais ma famille, mais à quel prix ?

J'ai grandi, j'ai cru oublier, j'ai aimé, j'ai rencontrais, je sortais...

L'été 2008 était pour moi magique, j'étais bien, épanouie. J'ai même fait, contrairement à d'habitude, ma rentrée scolaire dans un bon état d'esprit ; déterminée à travailler et avoir de bonnes notes. Le début de l'année se passa plutôt bien mais en rentrant d'un voyage scolaire en Allemagne qui s'était également bien déroulé, je me suis effondrée sans trop savoir pourquoi, je n'ai pas cessé de pleurer pendant 4 jours. Je ne sortais pas de ma chambre, je n'avais plus d'appétit, ce qui inquièta ma mère qui prit rendez-vous chez mon médecin généraliste, qui me connait depuis bientot 17ans. Il m'a trouvée très triste, moi qui suis d'un naturel plutôt souriant. Docteur B. me prescrit des médicaments pour dormir ainsi que des anti-dépresseurs, il me prend également un rendez-vous chez une psychologue dans un établissement spécialisé pour les problèmes d'adolescents. Mon rendez-vous est fixé au 20 Novembre, d'ici là je m'efforce de tenir tant bien que mal mais je me referme sur moi même, je ne sors plus, ne travaille plus, je souris par politesse, je fais semblant d'aller bien mais rien n'est vrai.

Il est 10 heures, j'attends ma mère qui ne tarde pas à arriver, j'entre dans la voiture et nous partons en direction de l'hôpital Morvan, à Brest. Nous sommes le jeudi 20 Novembre, j'ai rendez- vous à 11heures avec Mme C. Je suis assise avec ma mère dans la salle d'attente quand je vois une grande dame blonde avec du rouge à lèvres rose qui s'approche de moi et me demande de la suivre. J'arrive dans son bureau où je m'assois en face d'elle ; je suis un peu gênée de dévoiler mon intimité à une inconnue. Après notre entretien, elle conclut que j'ai besoin d'aide et qu'elle ressent ma souffrance. Elle me propose donc de m'accueillir dans une structure spécialisée pour les jeunes de 15 à 25 ans qui présentent des difficultés dans leurs vies. Je n'avais jamais entendu parler de ça, j'étais un peu surprise mais je suis consciente que j'ai besoin d'aide, mon passé me rattrape malgré moi. Ma mère prend part à la discussion et pense que cette idée pourrait être une solution pour moi. L'hopital m'appellera dès qu'une place sera libre dans le service. Je pars donc avec ma mère, j'avais l'impression d'être folle, jamais je n'aurais imaginé atterrir là-bas. En fin de journée, l'hopital appelle ma mère : on me garde une place pour le lendemain. Je ne vais pas en cours le Vendredi, je fais ma valise et me prépare à quitter la maison pour une quinzaine de jours m'a t-on dit. En fin d'apres-midi je m'en vais donc avec ma mère pour l'hopital, je ne peux retenir mes larmes dans la voiture. Je suis accueillie par une infirmière de l'hopital qui m'emmène dans ma chambre, puis me laisse quelques minutes avec ma mère pour lui dire au-revoir. A partir de ce moment, je suis en période d'observation, je n'ai pas le droit de sortir de l'enceinte de l'hopital ni de recevoir de visites durant 2 jours, car je dois me confronter à mes problèmes. L'infirmière fait une biographie rapide de moi et me pose quelques questions. Après environ une heure, elle me laisse. Je suis seule dans ma chambre et je pleure, jusqu'à ce qu'une patiente vienne me voir, elle a 17 ans, elle est ici pour avoir tenté de se suicider.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Poignant... Je te comprends et te soutiens.Sisi la famille =)
Répondre