Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Fabio

LoReNzAcCiO

 

Lorenzo de Médicis veut tuer Alessandro, son cousin, pour libérer la ville de Florence de la tyrannie.

Mais il veut obtenir comme support et alliée les grandes vertus des citoyens.

Florence est devenue corrompue, basée sur l’argent et le luxe. Elle a perdu ses idéals (par exemple la solidarité, la famille, la liberté…) et sa capacité de réagir, de se coaliser et se battre pour rattraper la liberté et vaincre la tyrannie.

Ça est le but principal et initial de Lorenzo. Ce but peut être considéré un « topos littéraire ».

En effet, en Italie il y avait autres poètes qui ont voulu à travers leurs œuvres  inciter les gens à se réveiller et à se battre pour changer leur condition.

Un de ces poètes est Vittorio Alfieri (1749-1803).



Ugo Foscolo a dit que la poésie de V. Alfieri avait un rôle politique et prophétique car il rêvait et voulait un changement politique et social qui était impossible à réaliser dans sa époque.


Afin de vous faire comprendre mieux ce lien, je vous montre un des ses poèmes.


On peut observer que aussi le style d’écriture ressemble à celui de l’art oratoire (phrases brèves, questions rhétoriques, beaucoup de ponctuation…), qui a le but de persuader et inciter les auditeurs.

 

« XXI »

(tiré par les Rimes de V. Alfieri)

 

Tempo già fu, cor mio, ch’ambe le chiavi

Tenea di te ben nata cortesia;

Gentil costume, alto pensar ne uscia;

Amor, fede amistà dentro albergavi.

 

Ahi vil! Qual veggio or di ferrate travi

Dura porta a virtù chiuder la via?

Qual starvi a guardia macilente Arpia,

che dà sol varco a desir bassi e pravi?

 

E invan pietade, amor, gloria, vergogna,

lor caldi strali saettando vanno

in lei che mai non dorme e sempre sogna?…

 

cor mio, tu schiavo? E del peggior tiranno?

Deh, cessa. Ad uom, che viver franco agogna,

serve ricchezze, libertà non danno.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article