Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Alexandra


Si certains pensent que l'autobiographie est comme le parent pauvre de la littérature , Annie Ernaux entend bien lui donner ses lettre de noblesse. Depuis son premier roman Les Armoires vides en 1974 , cette écrivain , devenue successivement institutrice , professeur certifié puis agrégé de lettres modernes , n'a eu de cesse de parler de sa vie , d'elle-même , plus particulièrement de ses émotions. En reçevant le Prix Renaudot en 1984 pour La Place , Annie Ernaux dérange , agace , fascine , ne cédant jamais aux sirènes du business qui domine tant les lois du marché littéraire .
 

Deux sentiments dominent son écriture : celui des différences sociales, de la coupure entre son premier milieu et le monde du savoir auquel elle a accédé, et celui de la domination masculine du monde . Elle dit fuir tout ce qui ressemble à la fiction, rechercher la réalité à partir du souvenir, des sensations, des sentiments, que ce soit celui de la honte sociale ou ceux de la passion .


 


Link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article