Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Justine

Passage de la prose (page 60) en vers :

Cela est trop cruel d'avoir vécu
Dans un palais de fées, ciel suspendu,

Où murmuraient les cantiques des anges,
De s'y endormir, des rêves qu'on mange.

Et pour s'y reveiller ensanglanté
En bras du tueur qui mère daigne m'appeler.

J'ai choisi de transformer ce passage en vers

car je l'ai trouvé très poétique.


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Julia 03/03/2009 23:24

=O très beau!