Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Emmanuel - Fiona - MLB

Le mardi 20 janvier 2009,

les lycéens d'i-voix

ont rencontré le poète Yvon Le Men

au lycée de l'Iroise à Brest...






Fragments d'échange :



QUESTION D’EMMANUEL : « Dans votre recueil on peut observer l'omniprésence du passé. Pour vous la poésie est-elle symbole de souvenir ? »


Dans ce livre oui.

J'ai rarement écrit des poèmes au futur, c'est de la propagande.

Ce livre est au passé car il parle de quelque chose qui n'est plus.

« Je crois être un des rares poètes français sans nostalgie », a écrit Guillevic…

Ce livre m'a aidé à rendre les choses absentes présentes, il m’a servi à ne pas tomber dans le vide.

J’ai perdu mon père enfant. Je me souviens très bien du jour où je l'ai vu descendre dans la fosse. Je me suis dit : ce n’est pas possible, c'est ou le trou ou le ciel.

Pour ne pas tomber dans le trou, j'ai levé la tête vers le ciel.

La poésie pour moi, c'est un lien entre les deux, entre le trou et le ciel.

C'est une sorte de verticale qui me remet debout.

Je ne supporte pas qu'on oublie.

Une des raisons de ma poésie, c'est de nommer les choses disparues.

J'ai une mémoire incroyable, malheureusement.

C'est une mémoire affective, c'est plein à craquer. Alors heureusement j'’écris des livres pour me débarrasser de ça.

Mon livre chante un peu, même s'il chante tristement.

Le titre renvoie à la musique de chambre, de chambre vide, mais de chambre quand même.

Il faut beaucoup d'espace pour qu'il y ait de l'écho.





Rencontre avec Yvon Le Men

Chapitre 2 : Poésie et souvenir




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article