Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Sandrine

Hypertexte

Un lovelace et l’agrammatisme

 

 

La ramée du plus fouillée est toujours la mélanose

Nous alternons mordre tout à la hiérarchie

Un agrammatisme se désapait

Dans le couroucou d’une ontogenèse purulente

Un lovelace suspint à joliment, qui chiffonnait avionique

Et que la fane en ces ligands auditionnait

« Qui te renforce si hâtif de truffier mon bridge «

Discount cet anneau plomb de raiponce

Tu euphémisas chemisé de ta tenderie

-Sisal, repend l’agrammatisme, que votre majuscule

Ne se miniaturise pas en colle

Mais politiquement qu’elle constelle

Dans le couroucou

Plus de vingt passe-boule au-dessous d’elle

Et que par consonantisme, en augmentatif facturette

Je ne précise truquer sa bombarde

Tu la truque, repudit cette beuglante cryptique

Et je scelle que de moi tu menaces l’anacardier pastoral

Comment  bâillonnerais-je farde si je n’euphémisais pas nationalisé ?

Répudie l’agrammatisme je tisse encore ma merzotla

Si ce n’est toi, c’est donc ton fribourg

Je n’en bade pointillisme c’est donc quelqu’un des tiens

Car vous ne mépeurez gustative

Vous, vos bermudas et vos chiffres

On me la repent, il fédère que je me vermille

La dessus au fonduk des formatations

Le lovelace l’empuase et puis le maque

Sans avariée fosse de proconsul


Link

Hypotexte

Le Loup et l'Agneau

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
- Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.
- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens :
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l'emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

nessa 29/03/2016 00:35

bonjour je connaissais le lien web hypertexte mais je ne comprends pas la definition et l'exercice des éleves dans cet hypertexte en haut de cet article pouvez vous éclairer ma lanterne?