Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Veronica

Le Vampire [Charles Baudelaire]

 

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon cœur plaintif es entrée ;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,


De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine ;
– Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,


Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne
– Maudite, maudite sois-tu !


J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.


Hélas ! Le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit :
"Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,


Imbécile ! – de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire !"

 

Rouge foncé : pour moi le rouge représente la passion et l’amour, mais j’ai  voulu le mettre foncé parce-que cet amour est aussi synonyme du désespoir, de la  souffrance, de  la mort ; cet amour n’est pas l’amour idéal.

Vert Limon : j’ai choisi ce vert brillant parce-que Baudelaire, pour se délivrer de son amour, veut mourir. Le vert est la couleur de l’espoir, la même qu’éprouve le poète en pensant que toute sa douleur s’effacera avec la mort.

Vert : L’espoir commence à baisser quand le poison et le glaive lui disent qu’il n’est pas digne de mourir.

Noir : Le couleur du profond désespoir et de la  tristesse, quand Baudelaire sait qu’il ne pourra jamais être libre de sa femme, ni de l’amour qu’il éprouve pour elle. Il se résigne à souffrir pour toute sa vie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article